Centrale de lecture publique:plus de 1000 nouveaux livres

Culture
Carine TSIELE | 05-01-2017 10:26

 La cérémonie de remise était présidée par le ministre des Arts et de  la culture vendredi dernier à Yaoundé.

Les acteurs du livre se sont retrouvés vendredi dernier dans la salle de projection du Musée national de Yaoundé. C’était à l’occasion de la cérémonie de remise d’ouvrages à la Centrale de lecture publique et au Bibliobus. La séance était présidée par le chef de ce département ministériel, Narcisse Mouelle Kombi. En remettant les livres, il a expliqué qu’il s’agit là d’un acte de plus qui confirme la volonté du gouvernement de faire du livre des anges majeurs dans la politique de développement de la culture. Selon ce dernier, ces livres viennent ainsi assouvir la soif de connaissance des lecteurs camerounais.
Selon Daniel Nandyebert, éditeur de la maison des éditions Larrybert le don est composé de près de 1000 livres d’auteurs camerounais et africains dont 236 ouvrages de littérature de jeunesse pour les anglophones, des contes en bande dessinées, pour les tranches d’âges 10-16 ans. 220 ouvrages de littérature de jeunesse francophone en bande dessinées et en conte populaire. Il ya également des ouvrages professionnels des ouvrages de Telecom, Tic, entre autres. Des ouvrages de développement personnel et des ouvrages scolaires, pour permettre à certains élèves  qui n’ont pas les moyens de s’en procurer à l’école de trouver leurs comptes.
Pour le directeur du livre et de la lecture au Minac, Edmond Mballa Elanga, l’acquisition faite a été destinée à améliorer le fond documentaire de la Centrale de lecture publique et de la Bibliothèque mobile ainsi qu’à couvrir l’essentiel de leur demande. « Cette réquisition est aussi la preuve que le gouvernement soutien les opérateurs de terrain du milieu livre et comprend également leurs préoccupations.  Il donc de notre devoir d’accompagner ces acteurs dans leur processus de développement ». Concernant la provenance des livres, ce dernier explique que « les livres ont été achetés essentiellement auprès des éditeurs camerounais, afin que la centrale de lecture soit une référence en ce qui concerne les ouvrages camerounais », a insisté Edmond Mballa Elanga, directeur du livre et de la lecture au Minac.

Autres articles que vous aimerez lire...

La fin de la récréation

Politique
BADJANG ba NKEN | 19-01-2017 16:32 | 0

Le Regard de la Rédaction.

Les récents développements de la situation socio-politique dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest lèvent enfin le voile sur ce que certains observateurs croyaient déceler dès le début de la crise, ...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter