RCA : la course d’obstacles

Afrique
Simon Pierre ETOUNDI | 06-01-2017 09:45

Le mandat du président Faustin-Archange Touadéra entamé au début  de l’année dernière, ne s’annonce pas de tout  repos. Elu pour tenter de remettre son pays dans le sens de la marche, le président centrafricain fait le dur apprentissage du pouvoir et de ses exigences. C’est, en effet, lui qui doit montrer à ses compatriotes la marche à suivre pour sortir de la zone de turbulences qui a failli, il y a quelques années, mettre à mal le vivre-ensemble des populations centrafricaines. Au demeurant, le chantier de la réconciliation nationale reste entier dans le pays. Malgré les avancées, les tensions entre communautés (chrétiens et musulmans surtout) restent réelles. Et il ne se passe pas de jours sans que l’on n’enregistre des actes de violences qui rallongent la liste des morts.  
D’une manière générale, c’est la question de la sécurité des biens et des personnes qui ressurgit. Ces dernières heures deux casques bleus ont été tués dans le pays. En tout cas, les autorités centrafricaines doivent créer les conditions d’une véritable cohésion nationale. Le corollaire de cette cohésion sociale étant la justice qui doit pouvoir s’appliquer sans faiblesse à l’encontre de tous les fossoyeurs de l’ordre public et de ceux qui bafouent les droits humains ou abusent de leur autorité. Dans un pays où des « seigneurs de guerre » contrôlent encore de vastes pans du territoire, l’impunité doit être une règle. A cet égard, les autorités centrafricaines ont malheureusement accusé le coup de la décision de la justice française de ne pas poursuivre des soldats français soupçonnés d’avoir commis des abus sexuels sur des enfants pendant leur mission en Centrafrique. Difficile dans ces conditions, en effet, de dissuader d’autres fauteurs de troubles.
Faustin-Archange Touadéra doit également garantir  la mise en place des institutions devant mettre fin à la mauvaise gouvernance de son pays, l'une des sources des crises militaro-politiques à répétition qui ébranlent la Centrafrique. Il est même simplement question de rétablir l’autorité de l’Etat. Mais cela nécessite des ressources que la Centrafrique n’a pas toujours.

 

Autres articles que vous aimerez lire...

La fin de la récréation

Politique
BADJANG ba NKEN | 19-01-2017 16:32 | 0

Le Regard de la Rédaction.

Les récents développements de la situation socio-politique dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest lèvent enfin le voile sur ce que certains observateurs croyaient déceler dès le début de la crise, ...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter