Responsive image

Côte d’Ivoire: Ouattara redistribue les cartes

Presidential
Sainclair MEZING | 11-01-2017 11:55

Daniel Kablan Duncan nommé vice-président de la République, Guillaume Soro reconduit à la présidence de l’Assemblée nationale et Amadou Gon Coulibaly, nouveau Premier ministre.

Daniel Kablan Duncan est depuis hier le tout premier vice-président de la République de l’histoire de la Côte d’Ivoire. Sa nomination a été annoncée par Alassane Ouattara en personne, au cours d’une déclaration officielle devant les députés réunis en session extraordinaire à Abidjan. L’ancien Premier ministre démissionnaire a été présenté comme un haut fonctionnaire dévoué et animé d’un grand sens de l’Etat. «J'ai tenu à venir devant vous pour vous faire part de ma décision de nommer le vice-président de la République (...) Mon choix s'est porté sur Daniel Kablan Duncan, un grand serviteur de l'Etat», a déclaré le président ivoirien.
Conformément à la nouvelle Constitution ivoirienne adoptée le 30 octobre 2016 lors du vote référendaire avec 93,42% de «oui», le promu devra suppléer, en cas d’absence au pays, le président de la République et se verra déléguer par celui-ci la présidence des conseils des ministres sur un ordre du jour bien précis. Cadre du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) d’Henri Konan Bédié, il a été Premier ministre à deux reprises. Entre 1993 et 1999, et entre 2012 et 2017. A 74 ans, il devra donc mettre sa riche expérience et sa parfaite connaissance des dossiers de l’Etat au service du président Ouattara, dans la mise en place des nouvelles institutions prévues par la Constitution. Notamment le Sénat.  
En soirée, Amadou Gon Coulibaly s’est vu attribuer le poste de Premier ministre. Secrétaire général de la présidence de la République jusque-là, il succède à Daniel Kablan Duncan. Alors que la veille, Guillaume Soro se voyait, quant à lui, reconduit au poste de vice-président de l’Assemblée nationale par une majorité écrasante. Sur 252 votants, le député de Ferkessédougou a engrangé 230 voix, soit 95,04% des suffrages exprimés, face à Evariste Méambly, député de Facobly, candidat indépendant.  Dans la foulée, Alassane Ouattara a signé une série de décrets limogeant des responsables au sein des forces de sécurité et de défense. Le général Soumaïla Bakayoko, chef d’état-major des armées, Gervais Kouakou Kouassi, commandant suprême de la gendarmerie, et Bredou M’Bia, patron de la police, ont été démis de leurs fonctions quelques jours après la mutinerie des soldats qui a secoué certaines villes du pays la semaine dernière.

 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Responsive image

L’esprit d’Eséka

Editorial
Marie-Claire NNANA | 26-05-2017 14:38 0 0

Il l’avait promis. Il l’a donc fait. Le président de la République a livré mardi dernier les résultats de la Commission nationale d’enquête qu&rs...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter