Nos étoiles, entre ombres et lumières

Editorial
Marie-Claire NNANA | 13-02-2017 12:14

Il arrive bien peu souvent que le chef de l’Etat se fasse lyrique dans le discours. Il a le mot juste, peu foisonnant, utile, parfois lapidaire. En règle générale. L’usage de la métaphore dans ce style sobre et dépouillé n’en est que plus frappant. Et pourtant, vendredi dernier dans son traditionnel message à ses jeunes compatriotes, Paul Biya s’est enthousiasmé pour les jeunes, ces « étoiles qui illuminent notre pays », «valeurs positives d’un Cameroun rayonnant et conquérant». Une langue fleurie qui se justifie par le contexte particulier de cette fête, marqué par la victoire mémorable des Lions indomptables à la Coupe d’Afrique des Nations, et par l’hommage solennel de l’Etat à de valeureux soldats morts en mission commandée. Ces deux événements ont mis en exergue la bravoure, l’esprit de combativité et le patriotisme des jeunes, qualités que le chef de l’Etat n’a de cesse de recommander pour les jeunes et les moins jeunes. Or, il est loisible de faire le constat d’une certaine déliquescence des valeurs et du culte de l’effort dans des strates de la société. Les exploits des jeunes Camerounais en sport, dans l’armée, dans les arts, et dans l’économie numérique, n’en sont que plus éclatants. Les jeunes sont bien nos étoiles ! Mais comment favoriser, généraliser,  préserver cette propension à briller ?
On peut imaginer que l’éclat des étoiles au firmament du Cameroun requiert des attentions particulières, la création d’un environnement propice à l’éclosion des talents et à la culture de l’excellence. Pour réussir, et pour illuminer le pays de son talent, la jeunesse doit être préparée, cela va de soi.
A cet égard, deux facteurs-clés sont à questionner : l’efficacité de l’action sociale du gouvernement d’une part et  les valeurs que la société érige en références d’autre part. En ce qui concerne le gouvernement, il s’agit ni plus ni moins que d’assurer sa mission régalienne d’éducation, à travers une formation scolaire  et universitaire  de qualité, qui aura toujours pour objectif, non pas simplement des têtes bien pleines, mais aussi l’insertion socioprofessionnelle. En réalité, cette mission première de l’Etat se conjugue aussi avec celle d’assurer le développement global du pays car il est illusoire de rêver d’insérer professionnellement une jeunesse bien formée dans une société où l’économie est  contre performante et la précarité le lot du  plus grand nombre.
Dans ce registre particulier, notre pays peut se targuer d’avoir créé de nombreuses écoles et universités, même si la multiplication des filières professionnalisantes demeure un défi. De même, la création d’entreprises dans tous les domaines, les incitations de toute nature à celles qui existent, doivent encore bénéficier de la plus grande attention de l’Etat. C’est là en effet que se trouve le plus grand gisement d’emplois pour les milliers de jeunes diplômés parfois désemparés.
Et comme se plaît à le rappeler le président de la République, le Plan triennal spécial jeunes, dernière grande initiative gouvernementale en date en faveur des jeunes, est déjà  sur les rails, avec l’ambition de toucher 500 000 d’entre eux par an, à travers l’octroi de crédits. On peut donc en conclure que l’Etat, tout en continuant à travailler à améliorer le sort des jeunes, fait bien sa part.
Que dire de la société, et de sa responsabilité dans la naissance et la brillance de nos étoiles ? Son rôle est en effet incomparable. A travers la famille et les autres lieux de socialisation, c’est bien elle, avec l’école, qui doit nourrir les jeunes au biberon du patriotisme et au dogme de la confiance en soi, mère de l’audace et de la créativité. C’est elle aussi qui promeut l’échelle des valeurs appelée à inspirer les individus, en particulier jeunes. Sans doute l’optimisme du chef de l’Etat tient-il au constat réjouissant que le pays a bien changé : en une génération, nous sommes passés de la sacralisation des « fey men » et des « sapeurs » accros aux marques de luxe, qui jouaient autant avec l’argent des autres qu’avec leur naïveté, à l’idéalisation des sportifs de haut niveau et des artistes de génie. Aujourd’hui, les modèles que la jeunesse camerounaise idolâtre sont bien Samuel Eto’o, Fabrice Ondoa, Franko, Arthur Zang, Charlotte Dipanda, entre autres. Des héros qui ont tracé un sillon lumineux dans leur domaine avec leur seul talent, leur sueur, leur sang.
Dans notre univers si changeant, il existe aussi des tueurs d’étoiles. Des hommes, des femmes, des groupes qui déroulent sous les yeux des jeunes des modèles parfaits d’antipatriotisme et de citoyenneté irresponsable. Comme ceux-là qui dénient aux jeunes du Nord-Ouest et du Sud-Ouest le droit à l’éducation, le droit à un avenir. Dans ces zones d’ombre, il appartient aux jeunes de faire preuve de lucidité et de maturité, pour discerner leurs propres intérêts dans ces mots d’ordre et ces violences souvent télécommandés. A qui profitent-ils réellement ? doivent-ils se demander. Evoquant devant les jeunes cette situation de malaise en zone anglophone, le chef de l’Etat se révèle d’une rare détermination pour, d’un côté, poursuivre le dialogue avec les syndicats jusqu’à la restauration de la paix, et de l’autre mettre en échec ceux qui manœuvrent dans le but de faire pâlir les étoiles de la jeunesse, en instrumentalisant l’école pour un gain politique plus qu’incertain, et en tout cas égoïste.
Cette fermeté sur les principes légaux et constitutionnels, couplée avec sa patience infinie dans l’option du dialogue, donne du chef de l’Etat l’image d’un leader rassurant qui, tout en étant à l’écoute des revendications, maintient le cap, la stratégie d’avenir. Oui, entre ombres et lumières, la barque du Cameroun avance. Avec les jeunes.
 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Bonaberi: Ascension mouvementée à l'EEC

Regions
Rita DIBA | 28-05-2017 23:04 | 0 0

La Fête de l'Ascension, célébration chrétienne marquant la montée de Jésus-Christ aux cieux, n’a pas été de tout repos le 25 mai dernier à l'Église évangélique du Cameroun (EEC), district Bèl&e ...
Lire la suite

Ebolowa: un député à la rencontre des populations

Regions
Louise KOUNOU (CAMNEWS) | 28-05-2017 22:56 | 0 0

L’honorable Jean Jacques Zam a remis du matériel agricole et de construction aux populations de Konda-Anyuzok

 

Les habitants de Konda-Anyuzok, non loin d’Ebolowa, ont eu mardi, 16 mai dernier, le privilège et le plaisir de recevoir des houes, de ...
Lire la suite

Responsive image

Sud: pour une stratégie gagnante

Politique
Aimé-Francis AMOUGOU | 28-05-2017 22:52 0 0

 La vie du parti et les questions de développement étaient, entre autres sujets, au centre d’un séminaire d’imprégnation et d’information tenu ven...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter