Responsive image

Transformation des matières premières: l’expertise italienne disponible

Economie
Félicité BAHANE N. | 16-02-2017 16:52

Tenue hier à Yaoundé d’un forum économique Cameroun-Italie. Objectif : nouer des contacts d’affaires et accroître l’investissement italien au Cameroun.

L’Italie est la deuxième économie manufacturière européenne et la 5e au niveau mondial. Ce pays s’illustre de plus en plus dans la mécanique et la production d’équipements pour la transformation industrielle. En effet, selon Mario Giro, vice-ministre italien des Affaires étrangères chargé de la coopération internationale, « les machines made in Italy sont mondialement reconnues dans les domaines agro-alimentaire, textile, cuir, transformation de matières premières telles que les minéraux, le marbre et le bois ». C’est ce know-how que les opérateurs économiques italiens sont venus présenter au Cameroun, dans l’optique de transfert des technologies et de partenariats d’affaires.
C’est ainsi qu’une centaine d’investisseurs italiens séjournent actuellement au Cameroun. Ils sont à la suite du vice-ministre Mario Giro, qui a procédé hier à Yaoundé, à l’ouverture du forum économique Cameroun-Italie, placé sur le thème : « Cameroun- Italie : pour un meilleur partenariat économique ». Selon le vice-ministre italien, « ce forum s’inscrit dans le cadre des suivis de la visite d’Etat au Cameroun, du président de la République italienne Sergio Mattarella ». C’était en mars 2016. Voilà qui justifie la rencontre d’hier, entre Italiens (universités et investisseurs) et des opérateurs économiques camerounais.
L’essentiel des sociétés italiennes présentes au forum arrive au Cameroun pour la toute première fois et n’a pas encore d’intérêts déjà identifiés. « C’est à vous de leur présenter des propositions concrètes et de les convaincre que le Cameroun est une terre où les opportunités peuvent se matérialiser », a lancé le vice-ministre aux opérateurs économiques camerounais et aux membres du gouvernement, massivement présents au forum. Le développement des infrastructures de base permettant d’accroître l’offre dans le secteur des transports, de l’énergie et des télécommunications ; la modernisation de l’appareil de production notamment le renforcement de la mécanisation du secteur agropastoral et des capacités d’offre des industries manufacturières sont entre autres secteurs prioritaires listés par le ministre en charge de l’Economie, Louis Paul Motaze.  Mais déjà avec le Cameroun en 2015, l’Italie a échangé pour une contre valeur d’environ 260 millions d’euros avec des importations largement supérieures aux exportations. A l’issue du forum, deux accords de partenariat ont été signés dans le secteur de l’éducation, ainsi que deux MOU dans les secteurs des transports et des infrastructures routières. Nous y reviendrons dans notre prochaine édition.

 

Parole aux opérateurs économiques

 

 Raffaele Lorusso: « Au-delà du business, la coopération »

Directeur Afrique ITALFERR

« Le Cameroun est en train de mettre sur pied un programme de renouvellement d’infrastructures très important dans le secteur routier, ferroviaire et portuaire. Nous avons beaucoup d’expérience dans ce secteur en tant que bureau d’études du chemin de fer italien. Nous sommes une entreprise d’Etat. Pour nous, ce n’est pas seulement le business qui est important, mais également la coopération. Donc, guider le développement des infrastructures au Cameroun et mettre à disposition notre savoir-faire et nos connaissances, dans un partenariat gagnant-gagnant. »

Pr. Annette Angoua Ngue: « Un partenariat avec l’Université de Padoue »

Directeur de l’Institut des beaux-arts de Nkongsamba.

« Dans les coopérations qui vont se nouer avec l’Italie, il y a le volet universitaire. Le recteur de l’Université de Douala a signé une convention-cadre de partenariat avec l’Université de Padoue pour le compte de l’Institut des Beaux-arts et la faculté des lettres. Nos partenaires vont nous appuyer dans la filière architecture et urbanisme, le patrimoine et la muséologie. Nous allons ouvrir de nouveaux masters. Le master 1 sera justement tutoré par l’Université de Padoue et le master 2 par l’Université de Douala.»

Elisabetta Bombelli: “Cameroon Has Fantastic Potentials”

Shoe and leather goods machinery

“The important thing is to find the means of sending the leather material out of the country for finishing treatment and re-importing it back to make the final product. However, it is possible to bring the machines to Cameroon. That is why we are looking for local partners especially as the country has fantastic potentials and there are few artisanal productions of shoes and leather boots in the country. But if we try and establish something more technological, industrialised and organised, I am sure Cameroon with its fantastic potentials can start shoes production and even supply other countries around.”

Armand Doudjo: "Nous avons besoin d'équipements"

 PDG de la Caisse agropastorale du Cameroun

« Notre association est basée sur une approche de crowlfunding. L’idée est de regrouper le maximum de jeunes sur une plate-forme où nous faisons des tontines pour investir dans l’agropastoral au Cameroun. Nous sommes venus au forum pour rechercher des partenaires qui puissent nous accompagner dans le savoir-faire sur le plan de la transformation des produits agricoles. Dans un premier temps, nous avons besoin des équipements, puis de la technicité et nous savons que l’Italie est spécialisée en la matière. »

 

 

 

 

 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter