Responsive image

On remet de l’ordre dans les sélections nationales de football

Sports
Angèle BEPEDE | 11-05-2017 10:20

Après la crise de Bruxelles le 28 mars, Koa Luc vient d’être désigné coordonnateur pour un nouveau départ.

La décision est donc tombée. Un mois et cinq jours après la réunion de crise au ministère des Sports et de l’Education physique le 4 avril dernier, Bruxelles Gate ressort des tiroirs. André Nguidjol Nlend, coordonnateur des sélections nationales est démis de ses fonctions. Mardi dernier, il a été remplacé par Koa Luc. C’est que, autour de la gestion de ces onze équipes nationales, règne comme un air d’amateurisme. Le 28 mars dernier, Hugo Broos avait fait une sortie amère. Pourtant son équipe et lui attendaient l’heure de la rencontre amicale face au Syli de Guinée, ses protégés avaient été interdits de déjeuner. Les Lions indomptables, champions d’Afrique, après un repas de « rattrapage » avaient fini par perdre la rencontre par 2-1 à Bruxelles. Le coach avait alors vertement indexé la gestion de l’intendance de la sélection, puisque ses protégés avaient été éconduits du restaurant pour factures non soldées. Il est revenu sur cette longue attente (plus de quatre heures de temps) à l’aéroport international de Douala, alors que son équipe et lui se rendaient à Durban, pour le match retour de la 31e édition de la coupe d’Afrique des nations au Gabon. Si sa sortie avait été jugée dure, le sélectionneur a, au cours d’une réunion, reconnu avoir terni l’image du Cameroun et avait fait ses excuses au peuple camerounais. Le nouveau coordonnateur devra donc donner une nouvelle image de cette structure en y apportant, une gestion professionnelle et méticuleuse. C’est que, mis à part les problèmes administratifs récurrents dans la gestion des Lions indomptables, les autres sélections ne sont pas épargnées. Abandon dans les aéroports, primes payées sur le tard, mauvaise communication autour du paiement desdites primes.

Koa Luc : le député et les finances

Le nouveau coordonnateur des sélections nationales est un homme de terrain qui connaît bien les rouages de la gestion des fonds.

Il est semblable à une ombre gigantesque. Presqu’omniprésent dans et en dehors des milieux où l’on parle Fédération camerounaise de football. Troisième vice-président de l’association, Koa Luc est depuis mardi dernier, coordonnateur général des sélections nationales de football. La décision l’a trouvé à Manamah à Bahrein, où il faisait partie de la délégation de la fédération au premier Comité exécutif de la Confédération africaine de football sous Ahmad Ahmad, le nouveau président de la CAF. Président de la Commission de football jeunes avant la création de la Ligue spécialisée de football, ce membre du Comité d’urgence de la Fecafoot remplace André Nguidjol Nlend à ce poste. Cette nomination fait suite à une réunion de crise au ministère des Sports et de l’Education physique. Des sanctions étaient annoncées. Le premier test de Koa Luc à la tête de la coordination sera probablement lors de la sortie de la sélection nationale des moins de 17 ans. L’équipe participera au Gabon, à la 12e édition de la coupe d’Afrique de la catégorie. L’ancien président d’Opep football club de Garoua travaillera avec onze sélections nationales. Spécialiste des télécommunications, il est inspecteur principal des postes et télécommunications. Député du Rassemblement démocratique du peuple camerounais à l’Assemblée nationale, l’honorable Koa Luc y est rapporteur de la commission des Finances et du Budget. La coordination nationale, il la connaît un peu pour avoir été membre du Comité ad hoc chargé de clarifier sa situation financière. Il a été copté à l’issue du Comité d’urgence de la Fecafoot en 2015. Pierre Claver Oyono, coordonnateur par intérim d’antan, avait été entendu sur sa gestion, puis suspendu. Cela faisait suite à un autre scandale lié au paiement des primes des Lionnes indomptables, présentes au Mondial féminin en 2015. 

Les missions du Coordonnateur

La coordination administrative, sportive et technique des activités et programmes des sélections nationales a été créée le 26 septembre 2014 par décret présidentiel portant organisation et fonctionnement des sélections nationales. Ses attributions sont quant à elles contenues dans la décision 245 signée le 28 novembre 2014 par le président du Comité de normalisation de la Fecafoot. D’après le texte, la coordination est assurée par un coordonnateur général placé sous l’autorité du président de la Fecafoot. Ce dernier veille à la mise en oeuvre des « orientations définies par le Comité exécutif, supervise le travail des organes de gestion, veille à l’exécution efficace des cahiers de charges et des programmes d’activités des différents acteurs des sélections nationales, entre autres. Il doit également proposer au président de la Fecafoot, « toute mesure nécessaire au fonctionnement harmonieux des organes de gestion des sélections nationales ». Dans un texte signé en octobre 2015 par Tombi à Roko, le coordonnateur a pour mission « d'appliquer les modalités de gestion des ressources financières allouées par l’Etat aux sélections nationales de football du Cameroun. ». Il est « l’ordonnateur délégué des dépenses (…) examinera les besoins identifiés par les Team Managers et établira les états de paiement ». Toujours dans l’esprit des textes, il suivra l’exécution des dépenses en conformité avec le budget élaboré conjointement par le Minsep et la Fecafoot et validé par les services du Premier ministre. Il dressera aussi un rapport financier global de la compétition et un compte administratif des engagements faits.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Should Widowhood Rites Be Suppressed?

Societe
Emmanuel KENDEMEH | 28-05-2017 23:25 | 0 0

There is debate on many societal circles with arguments for and against the suppression of widowhood rites

 

As society keeps on evolving with globalization being a new mode of life, there is heated argument related to the relevance  of many aspects of the culture,&n ...
Lire la suite

Au nom de la dignité humaine

Societe
Jean Francis BELIBI | 28-05-2017 23:23 | 0 0

La seule évocation du rite de veuvage suscite une humeur noire aujourd’hui tant chez les hommes que chez les femmes, même s’il est loisible de reconnaître que dans la société camerounaise, ces dernières sont sans doute celles qui en souffrent le ...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter