Z-Tra: la Go qui peut...

Culture
Beatrice NDEBI (stagiaire) | 15-05-2017 11:52

Des cheveux verts, une dégaine de gamine et un nom peu commun. Voilà comment s’identifie la jeune artiste camerounaise du moment « Z-Tra ». Il a suffi d’une campagne publicitaire et du slogan : « Eto’o peut », transformé en « Z-Tra peut », pour qu’elle se démarque et gagne du terrain. Un single qui permet à celle-ci d’imposer son style musical. Au travers de ce morceau, Z-Tra alias « la poupée verte » exprime l’espoir, l’audace, la confiance en soi. Elle s’adresse aux jeunes qui veulent baisser les bras face aux difficultés de la vie. Elle met aussi un accent sur les jeunes femmes qui aujourd’hui aiment la vie facile. Elle les exhorte au travail. Tout ceci dans un mélange de bitkutsi, des sonorités Afropop avec une teinture de l’Afrotrap. Le résultat est assez original.
De son vrai nom Unisse Nguekeuh, la jeune artiste est à l’origine une amoureuse de la musique Dance Hall. C’est donc à ces rythmes qu’elle a sorti ces singles « Booboombay », ensuite « Tamzaku » qui veut dire (l’heure est arrivée). Elle parle ici de la violence faite aux femmes et encourage les victimes à parler, à ne plus se renfermer. Par la suite, elle revient avec « C’Komment ». Un morceau qui pour certains est un texte grossier et vulgaire malgré le message fort de cette chanson. Celui de lancer un signal d’alerte aux jeunes femmes : arrêtez la vie de débauche.
Beatrice Dominique NDEBI (stagiaire)

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Should Widowhood Rites Be Suppressed?

Societe
Emmanuel KENDEMEH | 28-05-2017 23:25 | 0 0

There is debate on many societal circles with arguments for and against the suppression of widowhood rites

 

As society keeps on evolving with globalization being a new mode of life, there is heated argument related to the relevance  of many aspects of the culture,&n ...
Lire la suite

Au nom de la dignité humaine

Societe
Jean Francis BELIBI | 28-05-2017 23:23 | 0 0

La seule évocation du rite de veuvage suscite une humeur noire aujourd’hui tant chez les hommes que chez les femmes, même s’il est loisible de reconnaître que dans la société camerounaise, ces dernières sont sans doute celles qui en souffrent le ...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter