Violences à Bangassou: 26 morts enregistrés

International
Sainclair MEZING | 18-05-2017 14:20

La force onusienne de maintien de la paix a présenté mardi le premier résultat des actes de barbarie dans le sud de la Centrafrique.

Les actes de violence survenus au cours des derniers jours à Bangassou dans le sud de la République centrafricaine ont coûté la vie à 26 personnes et fait fuir 7 000 autres qui sont dans une situation préoccupante, sans minimum vital. Comble de malheur, l’avion humanitaire transportant des vivres aux déplacés n’a pas pu atterrir mardi en raison d’une situation sécuritaire très fragile. Telle sont les dernières nouvelles de la situation qui prévaut dans cette partie du pays, telle que présentée mardi à Bangui par la Mission intégrée multidimensionnelle des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique. A l’occasion, le général Bala Keïta a indiqué que la région était toujours sous la menace des bandes armées. «Il y a des jeunes qui sont incontrôlés et qui prennent toutes les occasions pour faire du mal à l'autre, mais on va essayer de tout faire pour que les uns et les autres soient sous contrôle pour éviter qu'il y ait des représailles, en tout cas, des représailles de grande ampleur», a déclaré le commandant en chef de la MINUSCA.
Mais, la force onusienne reste confuse sur l’identité exacte des groupes armés  responsables des dernières attaques à Bangassou d’autant plus qu’aucun de ces mouvements n’a revendiqué ces attaques. Même si dans la région de nobreuses sources attribuent la responsabilité de ces atrocités aux milices anti-Balaka et ex-Séléka. «Je pense qu'il y a de la manipulation, une manœuvre stratégique. Ce n'est que le pic de l'iceberg, c'est-à-dire qu'en dessous, il y a des gens qui cherchent autre chose», a ajouté l’officier supérieur. Lundi dernier, la MINUSCA indiquait pourtant qu’au terme des négociations menées par Dieudonné Nzapalainga, cardinal de Bangui, les anti-Balaka, milice pro-chrétiennes, avait accepté de se retirer de Bangassou.
De son côté, le Haut-commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR) annonce un afflux de réfugiés centrafricains au nord de la République démocratique du Congo. Dans un communiqué rendu public en début de semaine, il parle de 2 750 personnes ayant débarqué le week-end dernier dans les provinces de Bas-Uélé et Nord-Ubangi en RDC, touchées par une épidémie d’Ebola. Les dernières statistiques du HCR indiquent que la RDC accueillait plus de 103.000 réfugiés centrafricains à la date du 31 mars.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

National Decentralisation Board: Extraordinary Session Today

Politique
Emmanuel KENDEMEH | 23-05-2017 16:05 | 0 0

The Secretary General at the Prime Minister’s Office, Fouda Séraphin Magloire announced the session in a press release.

Prime Minister, Head of Government,  Philemon Yang will today, May 23, 2017 at 9 :00 a.m. chair an extraordinary  session of the National Decent ...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter