Armée, bouclier de la Nation

Politique
Olivier LAMISSA KAIKAI | 19-05-2017 21:37

Depuis plus de trois ans, période qui coïncide avec la guerre que le Cameroun mène contre la secte terroriste Boko Haram, les habitants de la région de l’Extrême-Nord, baptisée la plus belle des régions du pays et perturbée depuis lors dans ses activités socio-économiques, apprécient particulièrement l’apport de l’armée dans leur vécu quotidien. C’est grâce à nos forces de défense que ces hordes de terroristes aux velléités meurtrières et expansionistes  n’ont pas occupé un centimètre de notre territoire national. Les populations des trois départements frontaliers à l’Etat de Borno au Nigeria, base de la secte, à savoir le Mayo-Sava, le Mayo-Tsanaga, le Logone et Chari, savent très bien que ce sont les prouesses des hommes en tenue qui ont arrêté cette folie meurtrière, préservé des vies humaines et permis le retour à la vie ordinaire. C’est pourquoi élites, commerçants, agriculteurs, paysans… ne tarissent point d’éloges à l’endroit de nos forces de défense, considérées à juste titre comme des boucliers, le dernier rempart contre cet ennemi. Au point qu’aujourd’hui, les activités peuvent reprendre le cours normal : les frontières sont, à nouveau, réouvertes, la route Maroua-Mora-Dabanga-Kouseri est en chantier… L’armée est au contrôle de la situation.
Ce n’est pas seulement pendant la période de guerre que l’armée se montre utile à la Nation. Elle l’est, et le reste en temps ordinaire. Les populations de la région de l’Est, par exemple, qui ne sont visiblement en guerre contre aucun ennemi dans cette partie du pays, savent ce qu’elles doivent à l’armée. Du fait de l’instabilité politique couplée à la guerre civile, entretenue par des rebelles dans le pays voisin, la République centrafricaine, des bandes armées en divagation au niveau de la frontière effectuaient des incursions dans certains villages pour commettre des exactions, piller des ressources… Le redéploiement judicieux de nos forces de défense a permis de mettre un terme à ces agissements. Peut-on oublier le redoutable phénomène de coupeurs de route qui sévissait dans les années 90, désormais réduit à sa simple expression ? Ces bandits, lourdement armés, semaient la terreur et la désolation sur les grandes routes, notamment du septentrion. C’est toujours à l’armée que l’on doit l’éradication de ce phénomène, mué aujourd’hui en prise d’otages avec demande de rançon dans les régions du Nord et de l’Adamaoua. Les populations savent bien que l’armée ne baisse pas les bras.
D’ailleurs, nos forces de défense ne dorment pas sur leurs lauriers et mènent également, sans répit, une guerre sur les côtes territoriales, en vue de tordre le cou à la piraterie maritime dans la partie méridionale du pays ouverte sur l’Océan. Et tout ceci en plus de leurs missions premières. Face à ces différentes formes de menaces à la sécurité et à la paix dans notre pays, l’armée a toujours su donner la réplique, à chaque fois, pour rassurer les Camerounais et préserver l’intégrité territoriale. En tout temps et en tout lieu. Et nos compatriotes ont toujours su considérer l’armée comme le dernier rempart  vers lequel il faut se tourner, en cas d’agression, d’attaque, pour trouver le réconfort, obtenir la protection attendue. Ceci aussi bien pendant les moments difficiles qu’en temps ordinaire. Et cette relation de confiance explique d’ailleurs le soutien et la collaboration des populations dont bénéficie l’armée, à travers la collecte de bons renseignements, en temps opportun, en vue d’une intervention toujours efficace sur le terrain. L’armée est plus qu’un rempart, plus qu’un bouclier pour la nation. Elle est la protectrice de la nation, de son peuple.

 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Should Widowhood Rites Be Suppressed?

Societe
Emmanuel KENDEMEH | 28-05-2017 23:25 | 0 0

There is debate on many societal circles with arguments for and against the suppression of widowhood rites

 

As society keeps on evolving with globalization being a new mode of life, there is heated argument related to the relevance  of many aspects of the culture,&n ...
Lire la suite

Au nom de la dignité humaine

Societe
Jean Francis BELIBI | 28-05-2017 23:23 | 0 0

La seule évocation du rite de veuvage suscite une humeur noire aujourd’hui tant chez les hommes que chez les femmes, même s’il est loisible de reconnaître que dans la société camerounaise, ces dernières sont sans doute celles qui en souffrent le ...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter