Cameroon-Tribune

Responsive image

Soldats blessés au front: Le réconfort du chef de l’Etat

Jean Francis BELIBI | 19-04-2018 23:21

Le MINDEF Joseph Beti Assomo a transmis hier à l’Hôpital militaire de Yaoundé, les encouragements du chef des armées à une cinquantaine de soldats victimes du terrorisme dans les régions de l’Extrême-Nord, du Nord- Ouest et du Sud-Ouest.

Un peu plus de 75 minutes. C’est le temps qu’il aura fallu hier après-midi au ministre délégué à la présidence chargé de la Défense pour faire le tour des salles dans lesquelles sont internés les éléments des forces de défense et de sécurité, et même de la police camerounaise, victimes des actes de terrorisme perpétrés dans les régions de l’Extrême-Nord, du Nord- Ouest et du Sud-Ouest. En compagnie du général de corps d’armée, chef d’état-major des armées, René Claude Meka, du secrétaire général du MINDEF, Kamsouloum Saïd, et sous la conduite du médecin-chef de l’Hôpital de Région N°1, le médecin colonel Elie Mballa, Joseph Beti Assomo est allé s’enquérir de la situation de chacun des blessés. Soit environ une cinquantaine. Il a posé des questions sur leurs conditions de prise en charge, donné des directives lorsque cela était nécessaire pour une amélioration de l’hébergement de certains blessés.

S’adressant directement à chacun de ceux-ci, il les a assurés de la sollicitude du président de la République, chef des armées qui, a-t-il souligné, a donné des instructions pour que tout le nécessaire leur soit apporté afin que ceux-ci recouvrent rapidement la santé. Joseph Beti Assomo a également transmis à ces hommes, les encouragements du peuple camerounais pour leur bravoure. Au personnel soignant, le MINDEF a dit la satisfaction du Haut-commandement pour leur dévouement et leur disponibilité à accompagner leurs camarades d’armes blessés dans le cadre de la défense de l’intégrité du territoire national. Durant sa descente, Joseph Beti Assomo a pu régler certaines situations trouvées sur le terrain. Cas pratique, ce jeune gendarme blessé et qui une fois dans le coma, a été évacué vers une formation sanitaire à l’étranger par sa famille. Revenu au Cameroun, il est pris en charge par les médecins militaires et présente néanmoins de nombreuses factures pour des soins engagées par sa famille à l’étranger.

« Il s’agit d’un cas à étudier. Il n’est pas possible de prendre une décision sur le champ, car il est question de voir dans quelle condition s’est effectuée votre évacuation sanitaire », a notamment relevé sur place le MINDEF qui a instruit ses collaborateurs de prendre en charge cette situation. Egalement interné à l’Hôpital militaire de région N°1 de Yaoundé, de présumés terroristes blessés au cours d’affrontements avec les forces de défense et de sécurité dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Joseph Beti Assomo a évoqué les raisons humanitaires pour leur prise en charge aux soins de l’Etat, « parce que ce sont des Camerounais », même si, a-t-il tenu à indiquer, ceux-ci devront répondre de leurs actes, une fois rétablis. Aux soldats à qui il rendu visite hier, le MINDEF a également remis un appui financier octroyés par le président de la République, chef des armées.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter