Message de Noël 2018: le pape François dénonce l’égoïsme

Le souverain pontife a appelé hier à la simplicité et au partage avec les plus démunis.

«Une insatiable voracité traverse l’histoire humaine, jusqu’aux paradoxes d’aujourd’hui; ainsi quelques-uns se livrent à des banquets tandis que beaucoup d’autres n’ont pas de pain pour vivre». Dixit le pape François. Le chef de l’église catholique lors de son homélie de la nuit de Noël a appelé les plus nantis au partage avec les plus humbles. Pour lui, « l’homme est devenu avide et vorace ». Il semble même selon le pape François que posséder et amasser des choses pas forcément nécessaires soit la raison d’être de certains. «Demandons-nous : ai-je vraiment besoin de beaucoup de choses, de recettes compliquées pour vivre? Est-ce que j’arrive à me passer de tant de garnitures superflues, pour mener une vie plus simple? Demandons-nous: à Noël, est-ce que je partage mon pain avec celui qui n’en a pas?», s’est interrogé le souverain pontife.


Read also : Tigray Conflict : How To Get Out of the Blockage?

Le pape a appelé les fidèles catholiques à laisser de côté leur « voracité » consumériste pour réfléchir au sens spirituel de leur vie.  Selon François, un nouveau mode de vie est nécessaire. Il est question, « non pas de dévorer ni accaparer, mais de partager et donner ». Pour celui qu’on appelle le « pape des pauvres », qui a fait de la défense des plus faibles son leitmotiv, «on doit dépasser le sommet de l’égoïsme, il ne faut pas glisser dans les ravins de la mondanité et du consumérisme ». Par ailleurs, le pape François est revenu sur la nécessité d’accueillir chez soi, ceux qui « ont marché », référence faite aux migrants et réfugiés. Le souverain pontife a ainsi rappelé  dans son traditionnel message Urbi et orbi (« à la ville et au monde ») que, comme les migrants d’aujourd’hui, il y a 2000 ans Marie et Joseph aussi ont dû quitter leur terre pour se réfugier à Bethléem.


Read also : Conflit au Tigré : une équation complexe

Le pape François a par ailleurs formulé le vœu que la trêve conclue ces derniers temps au Yémen mette fin à la guerre et à la famine dans ce pays. « Je pense au Yémen, avec l'espoir que la trêve obtenue grâce à la médiation de la communauté internationale puisse finalement soulager les nombreux enfants et les populations épuisés par la guerre et la famine », a déclaré le pape depuis le balcon de la basilique Saint-Pierre. Le pape espère dans le même ordre d’idées, une reprise du dialogue entre Israéliens et Palestiniens. Il a surtout exhorté les habitants du monde à se redécouvrir « frères en humanité ».


Read also : « Un cas classique de difficile construction de la cohésion nationale »

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category