Gabriel Mbairobe : le polytechnicien qui filait du bon coton

Le nouveau Minader est un homme qui a passé toute sa carrière professionnelle avec les acteurs de ce secteur.

Dans la nuit de vendredi à samedi dernier, quelques minutes seulement après la formation du nouveau gouvernement, le domicile de Gabriel Mbairobe, le nouveau ministre de l’Agriculture et du Développement rural (Minader), situé au quartier Marouare à Garoua, s’est avéré exigu, pour contenir les centaines de personnes venues le féliciter. Outre ses voisins arrivés les premiers sur les lieux, l’on a aperçu le gouverneur de la région du Nord, Jean Abaté Edi’i, venu également congratuler le nouveau Minader, accompagné de quelques-uns de ses collaborateurs. Ensuite, c’était autour de ses camarades politiques, ses collègues, ainsi que les leaders d’opinion du Nord, de venir nombreux rendre hommage au nouveau membre du gouvernement. L’ambiance va atteindre son paroxysme lorsque la communauté « Laka », l’ethnie à laquelle appartient le nouveau ministre, arrive à son domicile. Constitué pour la plupart des femmes et de jeunes, ce groupe de personnes s’est mis tout de suite dans une situation festive.

L’évocation du nom de Gabriel Mbairobe renvoie généralement à Coton sport de Garoua, le club Fanion du Nord, grâce à ses nombreuses années passées à la tête de ce club de football. Mais en réalité, Gabriel Mbairobe est beaucoup plus connu dans le milieu rural, pour ses activités professionnelles. Recruté à la Sodecoton le 9 janvier 1984, alors qu’il vient de terminer ses études supérieures à l’école supérieure polytechnique de Yaoundé, l’ingénieur électromécanique va tout de suite gravir les échelons. Il sera tour à tour adjoint d’usine, chef d’usine égrainage de Mayo-Ngalké, Guider, Maroua, Garoua, chef d’huilerie de Garoua, chef de division des huileries, directeur des huileries de 2014 à Mai 2018 et directeur des industries depuis Mai 2018. Spécialisé entre temps dans le montage des usines égraineuses, Gabriel Mbairobe est considéré à la Sodecoton comme celui-là qui a accompagné la plupart des projets d’installation des nouvelles usines dans cette entreprise d’Etat. Outre ses activités professionnelles, l’homme de 60 ans (né le 2 janvier 1958 à Garoua) s’est également lancé très jeune en politique. Président du comité de base de Roumde Adjia depuis les années 90, il a été élu conseiller municipal de la commune de Garoua 1er en 2013. Président de sous-section de Roumde Adjia-Reyre-Petit Paris.  En outre, il est également chef traditionnel de 3e degré au quartier Lakaré à Yelwa. Il est père d'un garçon et trois filles.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category