Sultan Ibrahim Mbombo Njoya : un pavé dans la mare

Fidèle à une réputation acquise il y a quelque temps, le roi des Bamoun a à nouveau jeté un pavé dans la mare lors de la plénière (débat général) qui a suivi la cérémonie d’ouverture du Grand dialogue national le 30 septembre 2019 à Yaoundé. El-Hadj Ibrahim Mbombo Njoya, dans la salle tripartite, est encore sorti des sentiers battus, en proposant publiquement une approche osée pour repousser davantage les frontières de la démocratie camerounaise. Responsable influent du RDPC,  le parti au pouvoir, cet octogénaire qui aura 82 ans le 27 octobre 2019 a derechef déclaré qu’il a l’impression que le problème dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest n’est pas le plus difficile à résoudre, malgré les pertes humaines et les conséquences désastreuses que nous déplorons tous.                                                                        

  Après avoir suggéré, comme pistes de sortie de crise, l’accélération de la décentralisation ainsi que la création d’une commission composée des autorités religieuses et des chefs traditionnels des régions concernées pour prendre contact directement avec les combattants actifs et les convaincre de déposer les armes, Ibrahim Mbombo Njoya a donné un coup de pied dans la fourmilière.  « Je continue à penser et le répète », a-t-il déclaré, « que le problème qui se pose au Cameroun est aussi celui de l’alternance et les pistes de solutions que nous proposons sont : la révision de la Constitution ; la limitation du mandat présidentiel à 2x5 ans non-renouvelables ; l’élection à deux tours ; la révision du Code électoral ; la décentralisation dont il faut accélérer la mise en place dans les six mois qui suivent ...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category