Cameroun/Bad : l’exécution des projets est encourageante

La 45e revue trimestrielle des projets financés par le groupe a eu lieu les 14 et 15 novembre derniers à Douala.

La 45e revue trimestrielle des projets financés par le groupe de la Banque africaine de Développement (Bad) au Cameroun a eu lieu ces 14 et 15 novembre 2019 à Douala. Il en ressort globalement un bilan positif à mi-parcours de l’exécution des divers projets. En l’occurrence, le Projet d’extension et de renforcement des réseaux de transport et de distribution de l’électricité (Preretd) et le projet hydroélectrique de Lom-Pangar.
Le premier impacte huit régions (tout le Cameroun en dehors de l’Adamaoua et de l’Est), et a permis d’améliorer l’accès à l’énergie électrique d’une bonne partie de la population. Le second, lui, permettra la mise en service 30 mégawatts d’énergie. L’offre, qui sera disponible d’ici à 2021 selon les projections, devrait permettre de satisfaire en partie les besoins de la région de l’Est estimés à 60 mégawatts.
Au cours des travaux ouverts par Thierry Ki-Nou Nana, le secrétaire général de la région du Littoral, Adrien Simplice Towa, le représentant du Dg de Electricity Development Corporation (Edc), a rappelé « l’impact particulier » des projets de la Bad « sur la vie des populations », et relevé que l’une des priorités de la Banque, « c’est d’éclairer l’Afrique. Et les projets que nous avons au niveau de EDC apportent l’énergie électrique aux populations ».
Pour la suite, chacune des parties présente et impliquée dans des projets de développement au Cameroun a convenu soit de travailler à la réduction des délais entre l’approbation d’une opération et son premier décaissement – qui est en moyenne de deux ans au lieu des 6 mois prévus –, soit de réaliser de réels progrès dans la mobilisation des fonds de contrepartie et dans la qualité des dossiers transmis à la Bad. « C’est pour cette raison que nous devons œuvrer ensemble, pour une plus grande efficacité de nos actions afin d’améliorer la qualité des opérations et leur mise en œuvre », indiquera le représentant de la Bad, Dr Claude N’Kodia. La Bad finance 35 projets au Cameroun pour une enveloppe évaluée à 1540,9 milliards de F, dans des domaines aussi divers que la gouvernance, l’énergie et les transports.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category