International

Burundi-ONU : un nouveau départ

Gitega veut relancer sa coopération avec l’Organisation des Nations unies après cinq années de brouille.

Après cinq ans de rupture, suite à la décision de feu Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat à la tête du pays, le Burundi et l’Organisation des Nations unies (ONU) sont sur le point de relancer leur coopération. Depuis lundi, une mission d’évaluation stratégique séjourne à Gitega, la nouvelle capitale du pays. Conjointement conduite par Bintou Keita, représentante du secrétaire général des Nations unies en Afrique et Huang Xia, l’envoyé spécial de ce dernier pour la région des Grands lacs, elle a pour objectif principal d’étudier les possibilités d’accompagner les efforts du nouveau régime en vue d’une sortie définitive de crise. La délégation onusienne a ainsi eu des échanges avec les plus hautes autorités du pays, dont le président de la République, Evariste Ndayishimiye qui, depuis son investiture le 18 juin dernier, s’est engagé à réconcilier les Burundais et à relancer le développement du pays. Mais les hôtes de Gitega doivent surtout évaluer l’évolution de la situation dans les domaines socio-économique, politique, humanitaire et des droits de l’homme depuis 2015.
Du côté de l’ONU, l’on se félicite surtout de l’option prise par le  nouveau régime de tourner définitivement la page sombre des cinq années de crise qu’a connues le Burundi. «On apprécie tous les efforts qui sont faits en ce qui concerne le retour des réfugiés et nous avons discuté pour voir comment davantage accompagner cette opération mais aussi accompagner les communautés hôtes des endroits d’où viennent les retournés puisque nous savons qu’avec tous les efforts du pays, il faut encore davantage de mobilisation de ressources de manière à ce que tout le monde puisse être accompagné», a indiqué Bintou Keita. Pour les autorités de Gitega, cette visite va servir de déclic à un nouveau départ dans la relation bilatérale avec l’organisation onusienne. «Nous pensons que cette rencontre va être un coup d’envoi à une coopération accrue entre les Nations unies et le gouvernement du Burundi», souhaite Albert Shingiro, ministre burundais des Affaires étrangères.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps