Politique

Mission de stabilisation de la RCA : 280 gendarmes en route pour Bangui

Ils ont quitté le Centre d'instruction aux techniques de maintien de l’ordre d'Awaé hier, avec pour instruction formelle de faire honneur au drapeau.

Il était exactement 10h10 minutes hier, lorsque les 280 gendarmes des Unités de police constitués ont embarqué en direction de Bangui et Bouar, deux villes de la République centrafricaine. Avec leur paquetage composé d’équipements de travail et des effets personnels,  ils sont montés à bord de 15 camions apprêtés pour la circonstance. Ces pandores y vont dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation de ce pays voisin. Ils ont trois missions à remplir. Protéger les civils, c’est-à-dire des citoyens centrafricains, les personnels et les locaux de l'ONU situés dans ces deux villes, ainsi que soutenir la police locale. D’autant qu’il est annoncé dans ce pays la tenue prochaine de l’élection présidentielle. 
Au Centre de perfectionnement des techniques au maintien de la paix d'Awaé, un département de la région du Centre où ils ont été formés pendant trois mois, la vie commence souvent aux premières lueurs du matin. A l'arrivée de l'équipe de CT, il est un peu plus de 6h. Ces vaillants soldats, tout de bleu nuit vêtus béret rouge, effigie de l'ONU collée au bas de l'épaule droite sont rigoureusement alignés dans le grand stade du centre. C’est l’heure du rassemblement. Et l’un des chefs passe les troupes en revue, en vue de la vérification des effectifs. Une heure plus tard, place à la levée des couleurs. Tout le monde est au garde-à-vous. Puis, quartier libre. Le temps de casser la croûte. Avant les au-revoir du colonel Mesmin Eloundou, directeur de l’emploi et des structures, représentant du secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie. Des propos brefs pour réitérer aux missionnaires le message délivré lundi à tout le contingent, lors de la cérémonie de remise de l’étendard, à Motcheboum. Ceux-ci invitaient alors toutes ces forces de maintien de la paix à honorer le drapeau, en étant « disciplinés et en évitant  les bas trafics ». 
Ces unités de police constituées composées de 24 femmes et 256 hommes ont séjourné à Awaé de juin à août 2020. Ils ont eu droit à un recyclage articulé autour de trois modules étalés sur deux phases. La première a duré 45 jours et était essentiellement pratique. Le chef d’escadron, Pantaléon Bolo, renseigne qu’elle concernait le maintien de l'ordre et l'intervention professionnelle. La deuxième était synthétique et basée sur la connaissance de l'ONU, ses missions et ses partenaires. Des séances de tir faisaient également partie de cette formation accélérée.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps