Athlétisme : où est passée la relève

L’éclosion de nouvelles stars de la discipline toujours attendue alors que les résultats sur le plan continental ne sont pas à la hauteur des espoirs.

Raphaël Nganguele. Voilà un nom qu’une certaine opinion a découvert il y a quelques semaines à l’occasion du Grand prix de la Confédération africaine d’athlétisme à Yaoundé. Le sprinteur a en effet été élu meilleur athlète masculin de la compétition après sa victoire au 100m. Une discipline qu’Emmanuel Esseme, blessé, domine largement ces dernières années. De quoi nourrir de bons espoirs quant à la relève. D’autant qu’on a vu d’autres jeunes pousses se faire remarquer, en attendant de confirmer lors de compétitions d’envergure. 
Mais le constat qui se dégage est que le Cameroun est en panne d’exploits dans cette discipline sur le plan continental. Lors des Jeux africains en 2011, l’athlétisme avait apporté six médailles au pays, dont deux en Or. Ce chiffre est passé à trois (deux en Or) lors de l’édition de 2015. En 2019 au Maroc, le bilan sera de zéro podium.  Présentée longtemps comme le digne successeur de Françoise Mbango, double médaillée d’or aux Jeux olympiques 2004 et 2008 au triple saut, Sandrine Mbumi est plus ou moins à la retraite. Et quand bien même, un athlète réussit à se distinguer, il change de nationalité comme c’est le cas d’Auriol Dongmo, spécialiste de lancer du poids, qui depuis plusieurs mois a acquis la nationalité portugaise. 
Lors des championnats d’Afrique d’Asaba en 2018, on a eu droit à de nombreux visages qui découvraient la compétition, avec plus ou moins de réussite.
« Il y a une jeune génération d’athlètes qui monte. Aux championnats d’Afrique U-18 et U-20 à Abidjan en 2019, nous avons réalisé une bonne moisson et de belles performances », rassure Charles Kouoh Kotte, secrétaire général de la Fédération camerounaise d’athlétisme. On a notamment eu la jeune Lamentine Fouda, médaillée de bronze au saut en longueur et Léonard Bangne, en argent sur le 110m haies chez les cadets lors des championnats d’Afrique juniors et cadets de 2019 en Côte d’Ivoire. 
Entre les aînés et les générations futures, il y a un profond travail technique à faire par la fédération. Ce travail passe par la détection des futurs athlètes, leur formation et leur encadrement. Au Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc), cette préoccupation fi...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category