Football camerounais : le flou perdure

Avec la fin du CHAN, les querelles autour du championnat et de la gestion de la Fecafoot refont surface.

Le Championnat d’Afrique des nations de football Total Cameroun 2020 a tiré sa révérence hier à Yaoundé. Pendant trois semaines, la compétition a occupé tous les débats mais il faut bien revenir à la réalité de notre football local qui n’est pas sorti de l’auberge. 


Read also : AFCON 2021 : Olembe Stadium Undergoing Finishing Touches

Championnat : qui organisera ?


Read also : Coupe de la Confédération : Coton Sport condamné à l’exploit

Avec la performance en demi-teinte des Lions A’, la question autour du championnat est déjà revenue sur le devant de la scène, remettant au goût du jour la bataille Fecafoot-LFPC, à l’origine du non-démarrage de la saison depuis plusieurs mois. La situation était bloquée après le refus par la LFPC de signer les résolutions prises après concertation entre les différentes parties à la Primature. Depuis, c’était l’impasse, le CHAN ayant visiblement concentré toutes les attentions. La coupure franche entre les clubs, supportant un camp comme l’autre, est aussi toujours visible. Mais si l’on en croit des sources introduites à la Fecafoot, celle-ci se prépare à relancer les championnats de Ligue 1 et 2 dans les plus brefs délais, en attendant la mise à l disposition des stades par le ministère des Sports et de l’Education physique. Même si du côté de la Ligue, on entend se défendre bec et ongles.


Read also : Footgolf : on pose les bases

Fecafoot, qui gère ?


Read also : Euro 2020 : place aux 8e de finales

La décision du Tribunal arbitral du sport était largement attendue par les acteurs du football dans le cadre du procès As Meiganga et autres contre Fecafoot, concernant le processus électoral ayant conduit Seidou Mbombo Njoya et son exécutif à la tête de la fédération en 2018. Si la sentence tombée le 15 janvier dernier a effectivement annulé ce processus, elle a surtout laissé la latitude aux dirigeants actuels de gérer la fédération jusqu’à l’organisation des prochaines élections. A moins d’une décision contraire de la FIFA. Cette dernière a choisi de rester dans la continuité avec l’équipe actuelle, malgré l’annulation de leur élection. Gianni Infantino, président de la FIFA, l’a confirmé au moment de sa visite au Cameroun en janvier dernier. Les clubs impliqués à l’origine de la plainte au TAS ont écrit à la FIFA pour contester cette décision qui « viole les textes même de l’instance mondiale » selon les termes de leur courrier. Mais rien n’y fera à en croire Veron Mosengo-Omba, directeur de la division associations membres à la FIFA, actuellement en visite au Cameroun. « Pour le moment, c’est Seidou Mbombo Njoya qui est reconnu comme leader de la Fecafoot. La FIFA n’a fait que suivre la sentence du TAS qui déclarait que les organes actuels continuent s’il n’y a pas de décision contraire », a-t-il déclaré. Entre-temps, des membres de l’assemblée générale (AG) de 2009 ont organisé une AG extraordinaire pour démettre les organes en place et mettre sur pied un Comité provisoire de gestion. Une réunion jugée illégale par les autorités. Difficile d’imaginer, dans ce contexte, une certaine accalmie, ou du moins des rapprochements pour un règlement de la situation au vu de la radicalisation des positions depuis un bon moment. 


Read also : Demi-finale retour de la Coupe de la Confédération : Coton Sport récuse l’arbitre

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category