Lenteurs judiciaires : une croisade lancée dans les tribunaux

Les procureurs de la République et les officiers de police judiciaire de la région de l’Adamaoua se sont réunis le 26 mai dernier pour éviter des procès à longue durée.

Les lenteurs judiciaires font partie des problèmes les plus récurrents dans les juridictions. Et les tribunaux de l’Adamaoua ne sont pas en reste. C’est pour remédier à cette situation que les autorités judiciaires de la région se sont réunies autour d’une table mercredi dernier à Ngaoundéré. Au menu des travaux, la gestion des enquêtes judiciaires et les formes des procès-verbaux d’enquête, les contrôles des gardes à vue judiciaires, le traitement des procédures en déferrement et la gestion des libertés, l’exécution des mandats, et les rapports entre magistrats du parquet et la police judiciaire et les questions d’éthique et de déontologie professionnelle. Des problématiques qui ont, non seulement laissé prospérer plusieurs récriminations, mais aussi ternissent l’image de la justice. Dans les parquets par exemple, de nombreux accusés font face aux lenteurs déconcertantes dans le traitement des procédures en déferrement, des procès-verbaux contenant des irrégularités assortis d’enquêtes incomplètes. « Nous saluons l’initiative du procureur général qui répercute la vision de la chancellerie placée sous l’angle de la protection par tous, des libertés individuelles » a confié le commissaire Mathieu Massa Zomo, chef de la division régionale de la Police judiciaire de l’Adamaoua. 
Placée sous le thème : « La contribution des officiers de police judicaire dans la lutte contre les lenteurs judiciaires », cette séance de travail vise à comb...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category