Une riposte appropriée

L’attaque terroriste récemment survenue dans la province mozambicaine de Cabo Delgado nécessite une réaction énergique. Parce que les insurgés ont fait allégeance au tristement célèbre Etat islamique. Mais aussi et surtout parce que cette province constitue l’un des poumons économiques du Mozambique.


Read also : Tigray Conflict : How To Get Out of the Blockage?

Durant la dernière décennie, d’énormes gisements de pétrole et de gaz y ont été découverts. De nombreux observateurs s’accordent à dire que Cabo Delgado dispose des réserves de pétrole et de gaz les plus importantes de l’Afrique de l’Est, notamment exploitées par les entreprises Total, Eni et Exxon Mobil. Les terroristes ont certainement voulu hypothéquer cette manne en fomentant l’attaque de la ville de Palma à la fin du mois de mars. Laquelle a entraîné l’arrêt des activités de Total.


Read also : Conflit au Tigré : une équation complexe

En réalité, dans cette province située à l’Extrême-Nord du Mozambique, vers la frontière tanzanienne, l’insurrection armée remonte à 2017. Les rebelles ont profité du fait qu’historiquement, la province est une zone de passage et de trafics par la route en passant par la frontière tanzanienne ou par la mer, le long de la côte swahili jusqu’à Zanzibar. Curieusement, ces rebelles sont ceux qui estiment que le gouvernement mozambicain laisse les criminels prospérer.


Read also : « Un cas classique de difficile construction de la cohésion nationale »

Non seulement ces rebelles se livrent aux trafics, mais en plus, ils attaquent des banques. A telle enseigne qu’ils étouffent les activités économiques de la province pourtant dotée d’immenses potentialités. Avec l’attaque de la ville de Palma, les terroristes ont mûri leur projet de disloquer Cabo Delgado et de paralyser le Mozambique. Qui plus est, environ un huitième du territoire de Cabo Delgado semble échapper au contrôle gouvernemental. D’où l’urgence d’une riposte appropriée pour dénouer cette grave crise sécuritaire.


Read also : Togo : l’ère de l’énergie solaire

Le Mozambique est particulièrement concerné. Puisqu’aucun groupe terroriste n’a droit de cité dans ce pays. Ni les terroristes réfugiés dans la Résistance nationale du Mozambique(RENAMO). Ni les insurgés qui exercent dans les trafics et les attaques des installations pétrolières et gazières. La communauté des Etats de l’Afrique de l’Afrique australe (SADC) est aussi sollicitée pour prêter main forte au Mozambique. De sorte que les terroristes soient neutralisés.    


Read also : Elections en Libye : on prépare le terrain

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category