Vulnérabilités alimentaires des femmes et des enfants : on recherche des solutions

Une rencontre s’est tenue mardi dernier à Yaoundé entre le ministre en charge de l’Agriculture et certaines organisations des Nations unies.

La question de l’amélioration du système alimentaire des femmes, des jeunes et des personnes vivant avec un handicap était au centre d’une concertation le 08 juin dernier à Yaoundé. Le but de cette rencontre présidée par le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Gabriel Mbaïrobe, en présence des responsables d’agences du système des Nations unies, était de collecter directement auprès des principaux concernés, des données afin d’établir un programme de sécurité alimentaire prenant en compte les personnes vulnérables résidant au Cameroun. 


Read also : Traitement de la solde et des pensions : de nouvelles procédures

Cette initiative a également été motivée par les effets du changement climatique et la pandémie du Covid-19. Gabriel Mbaïrobe l’a d’ailleurs souligné dans son discours. « Les hautes températures affectent la sécurité du système alimentaire. Il est donc important de doter les femmes vivant en milieu rural des outils technologiques, afin de les aider à combattre ce fléau et améliorer leur production agricole ».


Read also : Endettement de l’Afrique : la hantise du surendettement

Dans la même lancée, plusieurs acteurs du système des Nations unies dont le Programme alimentaire mondial (PAM), ont participé à ce dialogue. Selon Ibrahima Hamadou, administrateur national chargé des programmes au PAM, le but de cette initiative est de « s’assurer que les femmes, les jeunes, les personnes vivant avec un handicap soient pris en compte dans tout le processus de sécurité alimentaire au Cameroun ». Le PAM entend donc intervenir de deux manières : en leur donnant de l’assistance alimentaire en cas d’insécurité alimentaire sévère, et en mettant à leur disposition des revenus pouvant leur permettre d’être indépendants.


Read also : Epanouissement des startuppeuses : à la recherche de mentors

De plus, il a été dit qu’à la fin de ce dialogue inclusif, un rapport national sera élaboré. Celui-ci renfermera les données collectées au cours des conférences tenues dans les dix régions du Cameroun. Ledit rapport sera par la suite présenté Sommet sur le système alimentaire prévu en septembre prochain à New York.


Read also : Marché du riz : des importateurs plus rassurants

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category