Inclusion socio-professionnelle du réfugié : mention bien pour le Cameroun

Hier à Yaoundé, lors de la célébration de la 21è Journée internationale dédiée, le représentant résident du HCR, Guillaume Beer, s’est dit satisfait des efforts fournis.

La 21e Journée mondiale du réfugié dont le clou des manifestations au Cameroun a eu lieu hier se préoccupait de l’inclusion de ces personnes considérées comme vulnérables. « L’entrepreneuriat et l’inclusion économique des réfugiés » est le sous-thème développé lors de la conférence tenue au ministère des Relations extérieures (Minrex). Le secrétaire général de ce département ministériel, Oumarou Chinmoun a dirigé les travaux. Il était entouré du représentant résident du Haut-Commissariat pour les réfugiés, Guillaume Beer, et de certains gouverneurs des régions abritant des réfugiés. Notamment, Naseri Paul Bea du Centre, et Jean Abate Edi’i du Nord. Plusieurs administrations publiques sectorielles étaient aussi représentées à cette cérémonie.


Read also : Ecole supérieure internationale de guerre : la 16 e promotion sur le terrain

Au cours de ces assises, l’hospitalité du Cameroun, en termes d’accueil et d’insertion socio-professionnelle des réfugiés a été présentée et saluée. Sur environ 500.000 qu’ils sont en terre camerounaise, ils s’intègrent, autant que faire se peut, au sein des différentes communautés qui les reçoivent. Lesquelles leur accordent moult facilités de vie. D’ailleurs, « seul 30% d’entre eux vivent dans les camps et sites aménagés pour les recevoir », a relevé le secrétaire général du Minrex. Les pouvoirs publics ne sont pas en reste. Dans l’élaboration de ses Plans de développement nationaux, la protection des personnes vulnérables occupe une place importante.


Read also : Cameroun – Tchad : concertation au sommet

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category