Budget 2021 : exécution laborieuse

Au cours d’une conférence présidée hier par le directeur général du budget à Yaoundé, les pistes pour une meilleure remontée de l’information budgétaire ont été élaborées.

La toute première conférence d’exécution du budget de l’Etat s’est tenue hier à Yaoundé sous la présidence du directeur général du budget, Cyrill Edou Alo’o. Au cours de cet exercice, exigence du régime financier de l’Etat de 2018, les problématiques qui constituent des gou- lots d’étranglement à la bonne exécution du budget en cours ont été explorées. « Cette conférence est un rendez-vous au cours duquel nous allons nous organiser pour définir un calendrier des grands rendez-vous de l’exécution du budget. Nous devons aussi réfléchir sur comment nous organiser pour collecter l’information de manière à produire des synthèses budgétaires fiables et structurées. Il est aussi et surtout question de définir les indicateurs de suivi qui nous permettent de faire un pilotage stratégique de l’exécution du budget », a expliqué le DGB. Au final, un dispositif capable de rendre intelligible l’exécution du budget doit être mis sur pied. Cette réunion fait suite à plusieurs constats. Bien que le régime financier de l’Etat prévoie la clôture de l’exercice le 31 décembre de chaque année avec une période supplémen- taire de 30 jours pour la synthèse de l’exécution du budget, l’exercice reste laborieux. « A date, le rapport d’exécution du budget 2020 n’est pas encore disponible. Ce n’est pas faute d’avoir essayé, mais c’est parce que c’est une tâche très difficile. En clair, nous avons des difficultés à clô- turer les exercices. De même lorsqu’il faut rendre compte de certaines opérations, c’est toujours titanesque parce qu’il faut rassembler les infor- mations dans l’ensemble des administrations », a souligné Cyrill Edou Alo’o. Pour lui, s’il y a des progrès sur la préparation du budget, il reste à en faire sur sa maîtrise.

Plusieurs exposés ont ainsi été déroulés. On a commencé par le contexte, les contraintes et les défis de l’exécution du budget 2021. La situation de l’exécution du budget en cours et les difficultés rencontrées ont également été brossées. A fin juin 2021, le total des engagements s’élève à 1198,97 milliards de F (fonctionnement et investissement) dont 1034,88 milliards de F décaissés sur les 3997,6 milliards prévus pour l’année. Globalement, au premier semestre on note une difficile implémentation des mesures d’optimisation de l’exécution du budget par les différents acteurs. Dans le volet fonctionnement, les difficultés rencontrées concernent entre autres, le volume très élevé des dépenses exécutées par procédures dérogatoires, la non maîtrise des dépenses relatives à la consommation d’eau, d’électricité et de téléphone, la non maîtrise des dépenses des loyers contractés par l’Etat et ses démembrements

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category