Paix en Afrique de l’Ouest et centrale : les armes de la consolidation

A l’initiative de la Fondation Konrad Adenauer et de l’Université de Yaoundé II, une conférence régionale sur cette problématique s’est ouverte hier à Yaoundé.

Une conférence régionale sur le thème « La fabrique inclusive de la paix en Afrique de l’Ouest et centrale » s’est ouverte hier à Yaoundé. Elle est conjointement organisée par la Fondation allemande Konrad Adenauer et l’Université de Yaoundé II. Les échanges ont été ouverts par le recteur de l’Université de Soa, le Pr Adolphe Minkoa She, en présence du représentant résident de la Fondation, Roland Stein. Parmi les éléments justificatifs de la tenue de cette conférence, l’identification des défis sécuritaires majeurs auxquels font face l’Afrique de l’Ouest et centrale. En effet, le quotidien des populations est littéralement affecté par des menaces et violences diverses. A côté des attaques terroristes et insurrectionnelles, se dressent les conflits locaux de type foncier ou agraires, les crises sécessionnistes ou politico-institutionnelles. Plus loin, les experts soulignent que cette problématique peut être posée en rapport avec la situation sécuritaire au Sahel. En effet, avec des crises profondes en Lybie et au Soudan, la montée vertigineuse de la violence liée au terrorisme, de nouvelles zones d’instabilité se sont créées. Du coup, « le mal se fait persistant en dépit des multiples réponses apportées par les Etats. La paix est devenue une ressource constamment menacée voire recherchée », indique le représentant résident de la Fondation Konrad Adenauer, Roland Stein. Dans ce contexte, une question lancinante se pose : « Comment (re)penser la question de la sécurité et de la paix pour l’ensemble de nos Etats ? » Les trois jours d’échanges dans le cadre de cette conférence, ambitionnent de répondre à cette interrogation. D’ores et déjà, le Pr. Adolphe Minkoa She, dans son allocution de circonstance, a balisé le cadre de réflexion et identifié les enjeux. « Opportune, la réflexion sur la fabrique de la paix en Afrique de l’Ouest et centrale ne se heurte pas moins à de redoutables défis, surtout lorsque ladite fabrique doit être envisagée de manière « inclusive ». Pour le recteur de l’Université de Yaoundé II, « la question de l’inclusion dans le processus de restauration de la paix de ceux-là même par lesquels, et point toujours de manière métaphorique, le malheur est arrivé, se pose avec acuité dans les Etats en reconstruction post-conflit, pour ne considérer que celle-là en illustration parmi de nombreuses autres » .

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category