Trop tôt

Le championnat national de football première division tire à sa fin. Les candidats pour le titre de champion du Cameroun sont en attente des play-offs. Parmi eux, se trouve Coton Sport de Garoua, le club le plus titré du pays ces 20 dernières années. Coton Sport anime de fort belle manière la scène footballistique nationale. Club formateur par essence, il a révélé des talents. L’effectif de l’équipe des Lions indomptables, victorieuse de la CAN 2017 au Gabon, comprenait cinq anciens pensionnaires : Aboubakar Vincent, Bockwe Georges, Jacques Zoua, Salli Edgard, Oyongo Bitolo. Soit 21% de l’effectif total !
Après quelques années de traversée de désert, notamment en Coupes d’Afrique, le club a renoué avec les joutes continentales cette année. Avec succès, pourrait-on dire. Puisqu’il a été éliminé en demi-finale de la Coupe de la Confédération. Tournoi qui a permis à certains jeunes de se révéler. Coton sport livre une nouvelle cuvée sur le marché. Gueme Araina, Félix Oukiné, Banga Bidjeme, Etamé Ngombé, Souaibou Marou, pour ne citer que ceux-là sont « à vendre »… Cinq à six mois après leurs débuts en Coupe d’Afrique et véritablement en championnat de première division pour certains, ces jeunes footballeurs font déjà leurs valises pour rejoindre des clubs étrangers ! 
Nous nous interrogeons donc sur le pouvoir d’attractivité du championnat de football première division et celui des clubs comme Coton Sport, Astres, Stade Renard de Melong, Canon, Union, Eding. Le football camerounais et ces clubs ne parviennent pas à retenir leurs meilleurs éléments et donc à leur proposer de bons contrats à l’heure du foot-busines. A peine ont-ils commencé à taper dans le ballon qu’ils émigrent déjà au Maroc, en Tunisie, en Guinée Equatoriale, en République démocratique du Congo, à Djibouti, en Afrique du Sud, en Suisse, au Tadjikistan ou encore en Slovénie…, des nations moins capées « footballistiquement » que l...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category