Elections à la Fécafoot : les manœuvres font rage

En attendant le scrutin annoncé dans un mois, c’est déjà la grande effervescence autour du processus.

On savait la commission électorale de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) peu diserte. Mais, on constate qu’en l’espace de 10 jours, elle se retrouve à deux reprises face à la presse. Déjà, le 30 août dernier. Et aujourd’hui, 10 septembre au siège de ladite association sportive, à partir de 15h. Que dira-t-elle de nouveau ? Communiquera-t-elle sur le chronogramme du programme du processus électoral ? De sources digne de foi, on apprend que l’élection du président de la Fécafoot devrait se dérouler en octobre prochain. Toutefois, même si l’ordre du jour n’est pas connu des hommes de médias, on se doute bien que c’est à la suite de la mise au point de l’un des candidats, Emmanuel Maboang Kessack, qui maintient que le fichier électoral de la Fécafoot est truffé d’irrégularités, de clubs fictifs plus précisément. Il avait d’ailleurs porté l’affaire devant la Chambre de conciliation et d’arbitrage (Cca) du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc), qui a prescrit la suspension de la décision de la commission électorale portant publication de la liste des 406 clubs des championnats départementaux 2020-2021 appelés à prendre part au processus électoral. 
Sauf que, la commission électorale présidée par Gilbert Schlick soutient, en s’appuyant sur la commission de recours qu’aucun club figurant dans ce fichier n’est fictif. La commission électorale a présenté un ensemble d’éléments matériels prouvant que les joueurs disposent de licences. Des fiches de matches disputés ont également été présentées. En effet, les conditions requises pour participer au processus électoral dans les ligues départementales pour un club est d’avoir été affilié et surtout participé aux compétitions au cours de la saison sportive 2020-2021. La bataille autour du fichier électoral est la preuve que la course à la présidence de la Fécafoot est prise au sérieux. 
C’est peut-être quand tout sera suffisamment clair que le bal des candidatures va connaître son effervescence. Jusqu’ici, Emmanuel Maboang Kessack et Jules Denis Onana ont manifesté leur volonté de diriger l’instance faîtière du football national. Tandis que d’autres sont encore en train d’œuvrer dans les coulisses. Les manœuvres s’enchaînent dans les différents états-majors. Certains n’hésitent pas à remettre au goût du jour la rengaine « Le football aux footballeurs ». Est-ce que cela sera suffisant pour faire basculer la donne ? L’heure n’est pas à la bataille de l’opinion publique, mais bien à l’identification du corps électoral retenu. On ne sait pas encore si l’actuel président par intérim, Seidou Mbombo Njoya veut reprendre le départ de cette course. Le nom de Samuel Eto’o, l’ancien capitaine des Lions indomptables, circule aussi. Avec un débat passionné sur la double nationalité qui refait surface. En tous cas, côté adrénaline, ce processus électoral tient déjà toutes ses promesses.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category