Université : la « Deutsche Qualität » en partage

Des ingénieurs venus d’Allemagne forment des équipes d’enseignants et de personnels de collectivités à l’utilisation du matériel de pointe installé à l’Iut.

Assurance qualité – professionnalisation – employabilité. C’est à ces trois piliers que répond le laboratoire de génie civil offert à l’Institut universitaire de Technologie (Iut) de l’université de Douala (UDo) par la Communauté urbaine de Douala, avec le financement de l’Agence française de développement (Afd). Un laboratoire, ou plutôt un ensemble de trois laboratoires (essais de sol ; essais de béton et de mortier ; des réseaux d’assainissement), dont le matériel de dernière génération nécessite d’organiser des formations pour leur appropriation.
C’est dans ce cadre que des ingénieurs venus d’Allemagne outillent, depuis lundi 6 septembre 2021 et pour une semaine, des enseignants et chercheurs de l’université de Douala, des personnels des communautés urbaines de Douala et d’Edéa entre autres, sur la prise en main des équipements de pointe dans la section consacrée aux essais de mécanique des fluides, d’hydraulique et de réseaux d’assainissement.
Pour Sofiane Hammami, l’un des formateurs, envoyé par le fabricant allemand Gunt, « c’est le côté transfert de technologies entre l’Allemagne et le Cameroun. Nous tenons à féliciter l’administration qui a opté pour un choix technologique avancé afin de permettre l’apprentissage des étudiants avec un matériel performant. »
Mais l’apprentissage ne sera pas seulement pour les étudiants, comme l’explique le Dr Joseph Bikoun, point focal de la coopération entre la Cud et l’Udo. Il rappelle les trois objectifs visés par l’Iut de Douala à travers ce laboratoire de génie civil, avec son « matériel haut de gamme qu’on ne trouve nulle part ailleurs sur la place ». Le premier objectif est académique avec la formation des jeunes qui vont travailler sur les équipements en situation réelle d’entreprise pour une meilleure insertion professionnelle. Deuxième but, la formation professionnelle avec des salariés qui viendront se former, sans oublier les masters professionnels. Troisième visée, l’accompagnement des projets où les acteurs du génie civil pourront venir faire tous les tests nécessaires et assurer une meilleure qualité de leurs constructions.
Ces objectifs du labo de génie civil respectent le même modèle que la Plateforme de coopération université-entreprises (Pcue), a rappelé le Pr Jacques Etamè, directeur de l’Iut de Douala. Il souligne : « C’est un modèle de formation innovant. Il ne suffit pas d’avoir des infrastructures, il faut un plateau technique de dernière génération et des ressources humaines bien formées. » Un modèle de formation auquel aspirent sûrement les candidats, plus d’un millier, au concours d’entrée en première année de l’IUT de Douala, prévu ce 13 septembre 2021.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category