Filière porcine : mobilisation pour la relance

Alors que l’épizootie de peste s’évanouit progressivement, les acteurs pensent déjà aux moyens de relever le secteur.

La sérénité est de retour dans la filière porcine. L’épizootie de la peste porcine africaine (PPA) est progressivement maîtrisée, comme l’atteste le Dr JonasTemwa, délégué régional de l’Elevage, des Pêches et des Industries animalesde l’Ouest. D’après Bernard Souop Nguetchouessi, le président de l’interprofession porcicole de l’Ouest, le suivi permanent, conjointement effectué sur le terrain avec l’appui des vétérinaires et de la délégation régionale du Minepia Ouest, permet de constater une disparition de la maladie depuis environ deux semaines. Données confirmées par les derniers prélèvements réalisés dans les fermes, principalement dans les foyers ou sévissait cette épizootie dans la région. « Tous les résultats sont revenus négatifs du Laboratoire national vétérinaire de Yaoundé »,affirme Bernard Souop Nguetchouessi. C’est avec espoir, que ces derniers attendent de l’Etat, la levée des restrictions interdisant la commercialisation, la circulation et le transport des porcs et de ses sous-produits.Le président de l’interprofession porcicole de l’Ouest compte en cela sur les derniers rapports de la délégation régionale du Minepia qui attestent que la PPA est sensiblement maîtrisée. Des données de l’interprofessionde la filière porcicole, il ressort que sur un cheptel d’environ 400.000 porcs que comptait la région del’Ouest, près de 90.000 ont été tués au cours des quatre derniers mois par la PPA. Des chiffres qui se limitent à une évaluation au sein des grandes fermes. « Il nous reste à évaluer les pertes au sein des petits producteurs qui pratiquent l’élevage familial. Tout cela montre la nécessité de relancer la filière, et mêmed’accompagner les producteurs de cette filière avec des appuis opportuns pour la relance », précise Benard Souop Nguetchouessi.

A la délégation régionale du Minepia, si l’accalmie est constatée, un temps de prudence est recommandé pours’assurer que la maladie est complètement circonscrite dans la région, principal bassin de production du pays. L’interprofession porcicole souhaite mettre à profit cette période tampon pour former les différents acteurs à la maîtrise des règles de biosécurité. « Nous multiplions des concertations avec les éleveurs qui ont été touchés. Il est opportun qu’ils s’arriment à une bonne application de toutes les mesures de biosécurité désormais. Cela concerne aussi les provendiers, les transporteurs, les bouchers, les commerçants et tous ceux qui gravitent autour de ce secteur », indique le président de l’interprofession porcicole à l’Ouest.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category