Stabilisation de la Centrafrique : le 8e contingent camerounais paré

Le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo a présidé, hier à Motcheboum, dans le Haut-Nyong, la cérémonie de remise de l'étendard, en vue du déploiement de 1070 casques bleus.

Le 8e contingent camerounais de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (Minusca) s'envole ce mercredi pour ce pays voisin. Il s'agit de 1070 hommes et femmes appelés à représenter le Cameroun dans le cadre des opérations de pacification de la RCA, en proie, depuis plusieurs années à une grave crise politique et sécuritaire. En prélude à leur départ, le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense (Mindef), Joseph Beti Assomo, a présidé la traditionnelle cérémonie de remise de l'étendard au Centre de prédéploiement, basé à Motcheboum, dans l'arrondissement de Doumé, département du Haut-Nyong. 
La formation du contingent camerounais a duré trois mois, avec des experts qualifiés pour fournir toutes les clés nécessaires à l'atteinte des objectifs visés. Dans son discours de circonstance, le Mindef a insisté sur le fait que le haut commandement a déployé d'énormes ressources pour que le Cameroun soit à la hauteur des attentes placées en lui. Ainsi, en plus d'une formation de pointe, « le chef de l'Etat, chef des forces armées, a autorisé, depuis l'année dernière, l'acquisition d'importants moyens logistiques pour le renouvellement intégral des anciens équipements de notre contingent, dans l'optique d'améliorer votre cadre de vie, vos conditions de travail et d’accroître vos capacités opérationnelles. Lesdits matériels flambants neufs ont commencé à être déployés depuis quelques mois en RCA. Vous en serez les premiers bénéficiaires », a indiqué Joseph Beti Assomo. 
Les troupes ont également été appelées à plus de discipline et de professionnalisme. En effet, si les résultats opérationnels sont satisfaisants, des comportements contraires à l'éthique de l'engagement ont souvent été enregistrés par le passé. Ceux-ci seront sanctionnés sans faute, s'ils venaient à se reproduire, a mis en garde Joseph Beti Assomo.
Après le discours du Mindef, la cérémonie d'hier s'est poursuivie par la remise de l'étendard proprement dit au colonel Vincent Pehuie, commandant le 8e contingent des casques bleus camerounais de la Minusca. Ce dernier a indiqué à la presse que le moral des troupes est au beau fixe. « Nous avons reçu une formation très solide. Les Nations unies ont envoyé une équipe pour nous évaluer et celle-ci a certifié que nous étions capables d'aller remplir cette mission dignement. Nous avons également été vaccinés contre le Covid-19 », a-t-il assuré. Conforté par le pas assuré de ses hommes lors de la parade militaire qui a clôturé cette manifestation. Laquelle a connu la participation des plus hautes autorités de l'Est, notamment le gouverneur Grégoire Mvongo, et des élites de la région au premier rang desquelles le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative, Joseph LE.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category