Guinée : la junte droite dans ses bottes

Le Comité national de rassemblement et de développement au pouvoir n’entend céder à aucune pression de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest.

Une mission de haut niveau de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) conduite par les chefs d’Etat ghanéen, Nana Akufo-Addo, président en exercice, et ivoirien, Alassane Ouattara, a séjourné vendredi dernier à Conakry en Guinée. A l’occasion, elle a eu des échanges avec le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, leader de la junte au pouvoir, à qui elle a remis les recommandations issues du sommet extraordinaire de l’organisation sous-régionale tenue la veille. Elle a également rencontré le président déchu, Alpha Condé, toujours en captivité. 
Au lendemain de cette visite, autorités militaires au pouvoir à Conakry se sont exprimés au cours d’une conférence de presse. Par la voix du colonel Amara Camara, le Comité national de rassemblement et de développement (CNRD) a qualifié de « très francs et sincères » les échanges avec ladite délégation. Quant à la demande des dirigeants de la sous-région qui réclament la libération et l’exil du président Alpha Condé renversé le 5 septembre dernier, à l’étranger, les putschistes ont laissé entendre qu’ils ne cèderont à aucune pression. « L’ancien président demeurera en Guinée dans un lieu choisi par le CNRD. Toutes les mesures seront prises pour le respect de son intégrité physique et morale. Il est en lieu sûr, je ne pourrais pas vous en dire plus aujourd’hui », a indiqué Amara Camara. 
A l’issue du sommet extraordinaire de jeudi dernier, les chefs d’Etat de la CEDEAO ont exhorté le CNRD d’organiser les élections dans un délai de six mois. Mais, la junte ne semble pas du même avis. Rapportant la position du lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, l’officier supérieur a fait savoir qu’« il était important que l’organisation écoute les aspirations légitimes du peuple. Il a rappelé que les concertations nationales se poursuivent » et affirmé que « seul le peuple de Guinée décidera de son destin ». Au sujet des sanctions ciblées à l’encontre des putschistes, le porte-parole du CNRD a rapporté à la presse la position du colonel Doumbouya à ses hôtes. « Nous sommes des soldats. La mission, pour nous, se passe en Guinée, donc pas besoin de voyager. Et nous n’avons rien à geler sur nos comptes », a lancé le leader de la junte à la délégation de la CEDEAO.  Entre temps, le CNRD continue ses consultations nationales et a permis le retour au bercail de certains opposants à l’ancien régime. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category