Cybercriminalité : ils « frappent » au nom d’Eto’o

Divers commissariats de Douala, notamment ceux des 8e, 16e et 18e arrondissements, ont enregistré, ces derniers jours, des plaintes suite à des arnaques obéissant au même modus operandi. Ce qui laisse penser à une bande organisée. Selon des informations obtenues par CT, la victime est contactée via Whatsapp, par un individu se faisant passer pour Samuel Eto’o Fils. Après les messages, un appel vidéo est lancé. Et, à l’écran, s’affiche effectivement le visage de l’ancien Lion indomptable. Sauf que c’est juste une impression.
Au moyen d’une technique de trucage d’images relevant du « deep fake », le pigeon croit voir et entendre Samuel Eto’o. Et que lui propose le « Pichichi » ? De l’aider financièrement. Les enveloppes promises, pour les cas portés à la connaissance de CT, étaient de 20 et de 40 millions de francs. Les victimes ont ensuite reçu un document à en-tête « Cemac », portant la mention « Autorisation de sortie d’argent », qu’il leur était demandé d’imprimer. Un autre faux, bien entendu.
Le piège se referme quand le fake Eto’o parle d’un « apport personnel ». Pour l’enveloppe de 20 millions, la personne à « aider » doit envoyer un million. Pour celle de 40 millions, c’est le double. Une fois l’argent envoyé, le numéro de « Samuel Eto’o » ne passe plus.
Selon Wikipédia, le deep fake, ou hypertrucage, est une technique de synthèse multimédia reposant sur l'intelligence artificielle. Elle peut servir à superposer des fichiers vidéo ou audio existants sur d'autres fichiers vidéo (par exemple changer le visage d'une personne sur une vidéo) ou audio (reproduire la voix d'une personne et lui faire dire des choses inventées).
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category