Place portuaire : sécurisation renforcée

Des responsables de divers services du Pad ont reçu leurs parchemins de fin de formation en gestion des crises sécuritaires ce 19 novembre.

Pour une structure comme le port de Douala-Bonabéri, un évènement imprévu peut avoir de graves conséquences. Renforcer la sécurité et la sûreté de la place portuaire reste donc un impératif. Le top management l’a compris, lui qui depuis trois ans a engagé un chantier de modernisation et de sécurisation à travers l’installation d’équipements et de systèmes de pointe. Au niveau stratégique, il est maintenant question d’organiser la sécurité et la sûreté de la place portuaire. Et l’un des outils appropriés, c’est une cellule de crise. La formation de cadres et autres responsables en gestion de crises sécuritaires entre dans cette logique.
Une formation de cette nature a été bouclée ce vendredi 19 novembre. Elle avait pour objectif « de sensibiliser les principaux responsables et d’aller progressivement vers la mise en place d’une cellule de gestion des crises qui doit fonctionner en permanence de telle sorte qu’elle puisse se mobiliser rapidement en cas de survenance d’un évènement inattendu », a soutenu le commandant du port, Abdoul Hakim.
A en croire Fabrice Tollari, expert en gestion de crise chez « Western and central Africa port Security » (WeCaps), il s’agit de se préparer à des situations à caractère exceptionnel. « La formation était basée dans un premier temps sur la construction de cette équipe de crise. Puis nous avons travaillé sur l’aménagement des locaux, surtout en ce qui concerne les principes fondamentaux de la gestion de crise et le travail à réaliser en définitive lorsque le port est impacté par un évènement majeur », a indiqué l’expert.
La formation théorique a été complétée par un exercice pratique sur la base d’un scénario : une situation susceptible de se produire dans le port concernant la sécurité et la sûreté. « Cette formation permet de savoir quels moyens mettre en œuvre pour faciliter la gestion d’une crise.  On se rend compte que si des vies sont en danger, ça pourrait être de notre fait. En ne sachant pas gérer une crise on peut paralyser l’activité du port. Je remercie le directeur général pour cette initiative », a expliqué Evelyne Merveille Ngo Nyeck, chef de département gestion du patrimoine.
La formation, organisée du 15 au 19 novembre avec l’appui technique de WeCaps, a bénéficié du soutien financier de la Commission européenne. D’autres sessions sont prévues, dans d’autres services de la ville de Douala.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category