Développement du secteur agroalimentaire : on réseau, c’est mieux

C’est le but des rencontres lancées hier à Yaoundé par le ministre en charge des petites et moyennes entreprises.

La deuxième édition des journées nationales de réseautage organisée par l’Agence de promotion des petites et moyennes entreprises (Apme) a démarré hier à Yaoundé. Le ton a été donné par le ministre des Petites et moyennes entreprises, de l’Economie sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa), Achille Bassilekin III. Etaient justement présents, des acteurs du secteur agroalimentaire puisque le thème cette année est « valoriser et capitaliser les chaînes de valeurs collaboratives ». 
En fait, l’objectif général des travaux est d’amener les entreprises et autres acteurs à adopter une culture de valorisation et de capitalisation du réseautage dans le développement des chaînes de valeurs agricoles et agroalimentaires. Elles pourront donc connaître les chaînes de valeurs au sein desquelles elles peuvent opérer, maîtriser les contrats commerciaux qui peuvent se présenter à leurs activités mais aussi capitaliser les cadres normatifs nationaux et communautaires pour développer les chaînes de valeur. « C’est un moment d’échanges entre tous les acteurs pour permettre aux Pme agricoles et agroalimentaires des six bassins que couvre le programme Transfagri de se mettre ensemble pour apporter des solutions à l’accès au marché », a expliqué Jean Marie Louis Badga, directeur général de l’Apme. Pour le Dg, la problématique de la promotion du Made in Cameroon est au cœur des ambitions de l’Agence et il faut que les acteurs se mettent ensemble. « La plupart des pme agricoles qui sont toutes petites ont des problèmes d’accès au marché en capacité de production, et en tout ce qui est packaging, démarche qualité, etc. », souligne Jean Marie Louis Badga. Il ajoute qu’il s’agit donc, de permettre à ces pme de se mettre ensemble, de produire mieux, et de pouvoir accéder aux financements offerts. 
Pour mieux illustrer les attentes de ces rencontres, le cas de la conférence des organisations de solidarité et de développement local de la Mefou-et-Afamba (Coodel) a été présenté par l’honorable Roger Melingui. Un exemple qui a suffi à montrer que « le réseautage est indispensable dans le secteur agropastoral, encore plus dans l’arrière-pays », dira-t-il. Durant les trois jours que vont durer les travaux, les participants vont être édifiés sur plusieurs thématiques. Il s’agira entre autre des projets collaboratifs, des franchises et partenariats, des sociétés de cautionnement mutuel avec à chaque fois des partages d’expériences et des activités de réseautage. « C’est donc une interpellation collective pour mutualiser les efforts de tous les acteurs de la chaîne de valeur agroalimentaire. Ces assises ont pour but de promouvoir les échanges entre tous les acteurs du programme et asseoir une franche collaboration entre les acteurs publics et privés de l’écosystème d’accompagnement des Pme, en vue d’améliorer leurs performances », a conclu Achille Bassilekin III. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category