Mobilisation : « 50 idées » pour fructifier la CAN

Des opportunités, tant pour les acteurs économiques que les simples citoyens, ébauchées lors d’une conférence-talk ce 24 novembre à Douala.

Et si un restaurant, au vu de la tournure de la compétition, organisait un buffet « Spécial Mali » durant la CAN ? Que pourrait gagner un artisan habile en proposant des gadgets à base de monuments camerounais qu’il écoulerait auprès des touristes attirés par le tournoi ? Ces questions et bien d’autres ont été évoquées ce mercredi 24 novembre à Douala, lors d’une conférence-talk organisée par des opérateurs privés ayant en partage le souci de saisir les opportunités charriées par la Coupe d’Afrique des nations. L’opération, conjointement conduite par les entités Maviance, Easy Group et The Network RP, a pour nom « Yes we CAN ».
« J’étais en Afrique du Sud lors du Mondial 2010. J’ai pu voir ce qu’un tel événement peut générer pour un pays », a déclaré Jesse Happy Ndongo, un des co-organisateurs. Il ajoutera : « C’est une opportunité en or pour les Camerounais, et c’est aux citoyens de rentabiliser ces opportunités, au-delà de ce que l’Etat fait. » Encore faut-il savoir dans quel créneau investir ou s’investir. A l’occasion, un livret intitulé « 50 idées d’initiatives pour la réussite de cet événement historique » a été présenté à l’assistance. Des idées de vente, de location, d’activités ponctuelles, etc. ont ainsi été esquissées, exploitables aussi bien par l’opérateur économique déjà établi que par le simple citoyen.
« Tous les secteurs d’activités doivent être sensibilisés et accompagnés », dira pour sa part Vanessa Kame-Domguia, spécialiste de relations publiques, qui a ajouté : « Cette compétition, nous ne la gagnerons pas seulement avec des buts au stade ». L’idée est, au-delà des profits ponctuels, celle d’un saut qualitatif commun. « Le citoyen lambda ne doit pas afficher un comportement désinvolte devant nos convives », va-t-elle préciser. Le Cameroun peut ainsi marquer aussi le but de la bienveillance, marquer le but de l’hospitalité et, au final, marquer tout simplement les esprits des invités présents à cette grande fête.
Ce qui pourrait leur donner l’envie de revenir après la CAN. Parce qu’une relation positive aura vu le jour entre eux, le Cameroun et les Camerounais. Pour le pays des Lions indomptables, les bénéfices s’inscriraient alors durablement dans l’après-CAN. Le pouvons-nous ?
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category