Place aux urnes

Après l’adoption d’une nouvelle Constitution, l’organisation le 17 décembre prochain des élections parlementaires s’annonce capitale pour l’avenir de la Tunisie.

Sauf changement, les Tunisiens ont rendez-vous avec les urnes le 17 décembre 2022. Les élections législatives en vue devront permettre de désigner les membres de l'Assemblée des représentants du peuple. Il sera question de pourvoir les 217 sièges pour cinq ans. Ce scrutin donnera lieu forcément à une redistribution des cartes pour sortir du blocage institutionnel actuel avec une concentration de tous les pouvoirs entre les mains de la seule personne du chef de l’Etat. Car, la Tunisie traverse une crise institutionnelle depuis la suspension de plusieurs institutions, notamment le Parlement par le président Kaïs Saïed. 
La nouvelle Constitution prévoit également l’avènement d’une deuxième Chambre du Parlement. Le Conseil des régions et des districts qui est une inspiration du chef de l’Etat, faisait la part belle à la « démocratie par la base » est d’ores et déjà saluée par les masses. Car, elle s’ouvre aux zones dites « périphériques » du pays et à leurs habitants qui jadis ont souvent été exclus du jeu politique. Les pauvres qui jusque-là se sentaient lésés, auront désormais leur mot à dire dans ce nouveau paysage. Abdessalem Hamdi, coordinateur de la campagne explicative de la nouvelle loi fondamentale, a indiqué le 17 juillet dernier sur Shems FM, au micro du journaliste Maryem Belkadhi, qu’il y avait plus de libertés dans la nouvelle Constitution d’autant plus qu’elle « consacre 36 articles aux libertés, contre 28 dans la Constitution...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category