Peuples autochtones : plaidoyer pour l'éducation inclusive

Le ministre Pauline Irène Nguene a présidé le 9 août dernier, les manifestations de la 28e Journée internationale à Batouri.

Pauline Irène Nguene, ministre des Affaires sociales (Minas), est allée à la rencontre des autochtones de la région de l’Est mardi dernier. C’était à l’occasion de la 28e Journée internationale des populations autochtones. Au cours de la cérémonie qui s’est déroulée à la Place des fêtes de Batouri, un hommage a été rendu à ces communautés. Thème de cette édition : « Promotion de l'éducation inclusive en contexte post-covid-19 : la place de l'enfant autochtone ». Pour le Minas, le choix porté sur la ville de Batouri n'était pas anodin. « Véritable Cameroun en miniature, la Kadey occupe à la fois, les populations Baka et Bororo qui vivent en harmonie avec les autres grands groupes ethniques. Une vraie illustration du vivre-ensemble que nous sommes venus exalter avec une photographie du Cameroun riche dans sa diversité », a expliqué Pauline Irène Nguene. Elle a par ailleurs pris l'engagement de soutenir les efforts des autochtones en intensifiant le plaidoyer auprès des secteurs de l'éducation et de la formation afin que des mesures favorables soient activées pour garantir la prise en compte des spécificités autochtones dans la réforme de l'éducation et de la formation professionnelle au Cameroun.
Une promesse qui n'a pas laissé indifférents les porteurs de ce plaidoyer qui en ont profité pour présenter les difficultés auxquelles ils sont confrontés. « Nous reconnaissons les efforts fournis par le gouvernement, mais nous demandons encore l’accès à la terre et aux ressources. Toutes choses qui restent un véritable f...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category