Finances : un secteur en pleine effervescence

A travers la hausse du volume de crédits accordés aux agents économiques ou aux établissements financiers. L’Etat ne lésine sur aucun moyen pour favoriser la contribution de ces acteurs au développement de l’économie nationale.

Selon les statistiques de la Direction nationale de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac), les crédits octroyés par les institutions financières au profit de leur clientèle s’élèvent à 4 445,2 milliards de F au 31 décembre 2021. Une hausse de 10,8% par rapport aux 4 037,8 milliards F accordés au cours de l’année 2020. La contribution des institutions financières se présente comme suit : de 3 443,7 milliards à 3 764,8 milliards pour le secteur bancaire (soit une progression de 9%), de 139,5 milliards à 140,7 milliards pour les établissements financiers (hausse de 0,8%), et de 454,6 milliards à 539,7 milliards de F pour les établissements de microfinance (hausse de 18,7%). La contribution du secteur financier à l’économie est donc croissante au fil des années. La dynamisation du secteur au Cameroun est effectivement en marche. Que ce soit du côté des banques, des établissements de microfinance, des assurances ou des structures de portefeuille. 
Pour les banques par exemple, le paysage s’est enrichi de trois nouvelles organisations au cours des 24 derniers mois : Bange Bank, Access Bank et La Régionale. Un autre serait en train d’arriver, en l’occurrence l’Africa Golden Bank, dont le dossier de demande d’agrément est en instruction à la Commission bancaire de l’Afrique centrale. A ce jour, le Cameroun compte 17 établissements bancaires. Les établissements de microfinance également impriment leurs marques de la plus belle des manières. Ils sont au nombre de 415 aujourd’hui. L’effervescence du secteur des finances se traduit aussi par une participation massive à l’emprunt obligataire 2022-2029. Avant même le Roadshow lancé le 16 mai dernier dans certaines capitales des pays de la sous-région, le Cameroun avait déjà 180,5 milliards de F sur les 200 milliards recherchés. Une prise ferme effectuée par le consortium des arrangeurs mis sur pied à cet effet. Un engouement qui a, une fois de plus, confirmé la qualité de la signature du Cameroun. 
Le secteur des assurances n’est pas en reste. D’après les données du rapport 2020 du marché des assurances au Cameroun, ce secteur pesait 211,43 milliards de F à ce moment-là pour 28 sociétés d’assurances agréées, dont 17 dans la branche dommage et 11 en vie et capitalisation ;105 agents généraux ; 136 courtiers et 121 mandataires non-salariés. Les structures de gestion de portefeuille et les sociétés de bourse participent également à l’engouement observé. Des sous-secteurs qui se sont davantage animés avec l’unification des organes des deux marchés financiers de la sous-région. 
Pour le ministre des Finances, trois raisons justifient le dynamisme du secteur financier camerounais. Il y a d’abord la volonté politique de la plus haute autorité nationale, mais aussi celle de ses homologues de la sous-région, puis la structure résiliente et diversifiée de l’écono...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category