Aménagement des routes : il faut faire avec les intempéries

Dans une instruction signée mardi dernier, le ministre des Travaux publics formule des directives pour une bonne exécution des chantiers en dépit des changements climatiques.

Les changements climatiques sont une réalité au Cameroun avec comme corollaire, la récurrence de fortes pluies à travers le pays. Comme beaucoup d’autres secteurs, les travaux publics sont fortement impactés par ce phénomène à travers « la vulnérabilisation du réseau routier, mettant en mal la politique gouvernementale mise en place en matière de construction des infrastructures routières au Cameroun visant à garantir la qualité et la durabilité des ouvrages », a relevé Emmanuel Nganou Djoumessi, ministre des Travaux publics (Mintp) dans une instruction relative à la prise en compte des effets des changements climatiques dans la conception des infrastructures routières, signée mardi dernier.
Le texte indique que, eu égard au contexte climatique qui prévaut, l’intensité des pluies entraine un accroissement du ruissellement avec comme conséquences, une augmentation du débit des cours d’eau, une diminution du tirant d’air au niveau des ouvrages d’art, un engorgement hydraulique des ouvrages, une augmentation des phénomènes d’affouillement au niveau des piles et les culées des ponts, des inondations récurrentes de la chaussée dans les zones basses et de faibles pentes. D’où l’interpellation du ministre à l’endroit de ses collaborateurs. « Vous voudrez bien prendre en compte, en fonction des zones géo-climatiques, les aspects liés aux changements climatiques lors de l&rs...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category