Présidentielle au Nigeria: Cinq mois pour convaincre

La campagne pour la succession de Muhammadu Buhari a commencé hier mercredi et s’étendra jusqu’en février 2023.

L a campagne présidentielle a débuté hier mercredi au Nigeria. Dix-huit candidats dont une femme sont en lice pour remplacer le président sortant, Muhammadu Buhari, qui, après deux mandats, ne se représentera pas. Les 18 prétendants ont cinq mois pour convaincre les électeurs. Si chacun croit en ses chances, deux émergent tout de même du lot, même si aucun indice ne montre que l’un d’eux sera élu dès le premier tour, le 25 février 2023. Il s’agit de Bola Ahmed Tinubu, le candidat du Congrès des progressistes (APC), le parti au pouvoir et de Atiku Abubakar qui portera le flambeau du Parti démocratique populaire (PDP), le principal parti d’opposition. Les deux ont quelques identités remarquables : septuagénaires, riches, controversés. La raison de la controverse ? Une règle non écrite qui voudrait qu’un chrétien du Sud succède au musulman du Nord. Bola Ahmed Tinubu est du Sud, mais musulman. Atiku Abubakar est du Nord et musulman aussi. Ce principe vise à maintenir l'équilibre dans un pays qui compte plus de 250 groupes ethniques et où les tensions entre communautés sont fréquentes. Un candidat outsider a émergé ces derniers mois. Il s'agit de Peter Obi du parti travailliste, un ancien gouverneur très populaire auprès de la jeunesse. Il bénéficie d'un important soutien sur les réseaux sociaux. « Mais ce succès médiatique ne se traduit pas facilement en vote », fait remarquer le groupe de réflexion Eurasia. Il s'interroge sur la capacité de Peter Obi et son parti à « pouvoir mettre en place, en moins de six mois, un réseau capable de mobiliser les électeurs dans près de 180.000 ...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category