Philosophie de la seconde : résultats mitigés

Quatre ans après la réforme les apprenants sont satisfaits des acquis. Le corps enseignant est plutôt réservé, au regard des résultats dans la vie quotidienne.

Yvanna Mbondi se dit plus mature aujourd’hui. Tout cela, grâce à la philosophie. « Je ne réagis plus à vif face à certaines situations. Je ne réponds plus à tout. J’ai appris à garder le silence et éviter des situations de conflit », dit-elle. L’élève inscrite en classe de Terminale A4 Allemand au Lycée de Ngoa-Ekelle à Yaoundé considère que cette nouvelle version d’elle est le fruit de l’apprentissage de la philosophie dès la classe de Seconde, il y a trois ans. « C’était très facile pour moi au début, surtout que l’enseignant prenait le temps de nous expliquer. Aujourd’hui, je me sers des citations apprises dans ces deux classes pour argumenter les différentes dissertations en Terminale », affirme Yvanna Mbondi. Mieux, les apports sont plus concrets dans la vie de tous les jours. « La philosophie m’apprend à critiquer certaines situations. Nous avons beaucoup parlé de la corruption et de l’esprit dogmatique dans les églises. Et ma réflexion sur ces sujets a beaucoup changé », ajoute l’élève.
Cet enthousiasme n’est pas toujours partagé par tous. En effet, après l’introduction du cours de philosophie dès la classe de Seconde en 2018, il a fallu revoir les méthodes d’enseignement pour satisfaire les attentes. Enseignant de philosophie depuis sept ans, Abraham Mouang dit s’être adapté, surtout qu’il tient toutes les classes du lycée de Ngoa-Ekelle, à l’exception des Terminales scientifiques. « Les pratiques d’enseignement varient en fonction de la sensibilité scientifique et pédagogique de chaque enseignant. J’enseigne de la même manière avec l’approche par compétences », relève-t-il. Concrètement, il adapte désormais son cours au vécu quotidien. « Avec des situations de vie, l’apprenant comprend qu’il ne doit plus prendre toutes les paroles pour argent comptant. Mais, il est invité à réfléchir avant d’agir », ajoute Abraham Mouang.
Si la philosophie a produit des effets au niveau de sa compréhension, les enseignants restent mitigés en ce qui concerne la maîtrise de certains fondamentaux. « En général, l...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category