Protection de la nature : le data journalisme explore la mangrove

Les résultats des enquêtes réalisées dans le cadre du projet environnemental Odeca ont été officiellement présentés lundi à Douala.


31% de mangrove ont disparu en 5 ans à Bonabéri, soit 6,2% par an. L’estuaire du Wouri quant à lui subit une régression de -14,3% des terres de mangrove, soit 1% par an. Ce sont quelques chiffres de l’enquête réalisée par les journalistes Mathias Mouendé et Michèle Ebonguè sur la destruction de la mangrove dans l’arrondissement de Douala IV. Les résultats de cette enquête et d’une autre portant sur la ville de Douala face aux défis de la gestion durable des mangroves ont été présentés officiellement ce 12 décembre 2022 dans la cité économique. Une présentation assurée par l’Association pour le développement intégré et la solidarité interactive, Adisi-Cameroun, dans le cadre du projet Open Data for Environment and Civic Awareness in Cameroun (Odeca). 
C’était l’occasion pour Paul Joël Kamtchang, secrétaire exécutif d’Adisi-Cameroun, d’évaluer le projet d’une durée de six mois, financé par le Centre international de journalisme de l’université de Londres en Angleterre. L’initiative comprenait la formation de dix journalistes en data journalisme et en journalisme d’investigation appliqués aux questions environnementales. Des praticiens basés dans les zones côtières de Douala dans le Littoral, Kribi dans le Sud et Limbe dans le Sud-Ouest. Au terme du renforcement des capacités, ils ont travaillé en binômes sur cinq sujets et les deux enquêtes les plus abouties ont été partagées avec le public sur différentes plateformes de la presse cybernétique et écrite. Pour M. Kamtchang, « les objectifs du projet ont été atteints à près de 75...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category