Inondations : Douala en alerte

Suite à des pluies persistantes, la capitale économique a enregistré en fin de semaine dernière de fortes montées d’eaux, devant inciter à une meilleure prévention de débordements futurs.

Comme suscitées par une sorte de solidarité entre citadins, des alertes ont commencé à circuler tôt ce samedi 22 juillet sur les réseaux sociaux, à l’attention des habitants de Douala. Ainsi, dans une vidéo tournée au carrefour Bp Cité – entre Agip et Ndokoti – un minibus de transport apparaît piégé par les eaux, lesquelles sont pratiquement au niveau de son pare-chocs. C’est quasiment un lac qui s’est formé ici. En fond de la même courte vidéo, on peut voir un Suv s’arrêter à l’amorce du plan d’eau, faire demi-tour et remonter vers le carrefour Ange Raphaël… Pour ceux à qui, par extraordinaire, la séquence n’aurait rien dit, un message apparaissant incrusté au bas du téléphone conseille clairement d’éviter les lieux ce samedi-là.
Des images similaires ont été réalisées à Makepè-Missokè – zone de la ville malheureusement abonnée aux inondations –, Kotto, Bonabassem, entre Akwa-nord et le carrefour Maetur, etc. Après les pluies, les eaux étaient de sortie, ralentissant les activités, refroidissant les ardeurs. Orline M., cadre d’entreprise habitant Logpom, a dû se faire violence pour emprunter une moto afin de rallier Ngodi-Akwa, afin d’y remplir des obligations professionnelles. Un cas, évidemment, loin d’être isolé. Et pas si surprenant à cette période de l’année dans la ville.
Mais si les « Doualais » ont, pour ainsi dire, des rendez-vous à certains moments de l’année avec les inondations, l’épisode de cette année est attendu de façon particulière. De fait, la mairie de la ville et les autorités administratives ont engagé, depuis plusieurs semaines, diverses opérations pour atténuer le plus possible l’impact des fortes pluies.
La Communauté urbaine de Douala (CUD) a par exemple initié une campagne de sensibilisation, rappelant aux populations, entre autres choses, l’importance de préserver les drains des déchets ou ordures de toutes sortes qui, en les obturant, favorisent les débordements…
Pour sa part, le préfet du Wouri, Benjamin Mboutou, dans un communiqué rendu public le 3 juillet dernier, rappelait les prévisions météorologiques pour les mois de juillet, août et septembre, à savoir, des « pluies diluviennes ». Et évoquait l’éventualité d’éboulements et autres glissements de terrain « sur des sites constit...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category