Massif forestier d’Ebo : place à l’information et la sensibilisation

Une causerie éducative lundi dernier entre les populations des cantons Lognanga et Ndockbiakat et leurs chefs traditionnels sur le nouveau statut du site.

Les chefs des cantons Ndockbiakat et Lognanga, leurs majestés Gaston Dipita et Jean Paul Singha, ainsi que les forces vives du Nkam, ont convié les populations riveraines du massif forestier d’Ebo lundi. Afin de leur expliquer l’importance du décret N°2023/01630/PM du Premier ministre du 27 avril dernier, qui a classé une superficie de 68 385 ha du domaine privé de l’Etat en unité forestière d’aménagement (Ufa 07 006). Le même texte consacre aussi le retour des populations Banen sur leurs terres ancestrales. Il était question, pour les garants de la tradition, d’informer et de sensibiliser les populations riveraines sur les enjeux autour de cette forêt, mais surtout de les mobiliser pour organiser leur retour aux sources, 60 ans plus tard.
« Ce décret est un titre qui nous permet de reconquérir nos villages. Il demande que nos villages soient identifiés et que le concessionnaire que l’Etat a envoyé vers nous facilite le retour des populations dans nos villages », dira SM Singha. Avant de poursuivre : « Ce décret est non seulement un titre d’occupation, mais il reconnaît aussi l’histoire de nos villages et permet à chacun de nous de rentrer en toute quiétude ». Pour terminer, le chef traditionnel a remercié le Premier ministre et le président de la République pour ce décret du 27 avril dernier, qui sonne la fin de leur errance.
Pendant les échanges, SM Singha a donc explicité le décret du PM, notamment l’article 4 qui prend en compte les intérêts de toutes les parties prenantes. Dont les Ong qui évoquent les questions de protection de la biodiversité, entre autres. Pour le chef du canton Lognanga, le décret du Premier ministre est surtout une lueur d’espoir pour les populations riveraines...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category