Protection de la couche d’ozone : les bienfaits du digital expliqués

La procédure dématérialisée du visa Minepded à apposer sur certains équipements, substances et produits importés, au cœur d’une formation ce jeudi à Douala.

« C’est toujours un défi de moderniser une procédure, d’avoir le challenge de la simplifier ». Propos tenus par le directeur de la Facilitation au Guichet unique des opérations du commerce extérieur (Guce) hier, 28 décembre, à Douala. Honoré Njime Akwa s’exprimait ainsi à l’ouverture d’un séminaire sur la généralisation de la procédure dématérialisée du visa technique du Minepded, dont il a lancé les travaux au nom du Directeur général du Guce. Le document en question est relatif à la protection de la couche d’ozone, préoccupation dans le cadre de laquelle le gouvernement a pris plusieurs engagements, ce qui a été rappelé aux participants, venus de divers horizons (importateurs, douanes, banques, etc.).
Au nombre de ces actions, des mesures pour protéger l’environnement, notamment via le contrôle des importations d’équipements ou de produits (électriques ou électroniques pour l’essentiel) susceptibles de constituer ou de contenir des substances appauvrissant la couche d’ozone. A ce niveau est intervenue l’institution d’un visa technique, délivré par le Minepded – représenté hier par son directeur des Normes et du Contrôle, Hyacinth Mboh – et préalable aux importations susmentionnées.
Les acteurs économiques prenant part aux travaux ont donc été édifiés sur le cadre légal, les modalités d’obtention de ce visa, ainsi que sur les canaux de paiement mis en place par le Guce pour faciliter leurs opérations. « Le mode opératoire électronique est aujourd’hui celui qui apporte le plus de sécurité et de traçabilité (…) Les modes de paiement sont alignés sur ce qui se fait actuellement dans le monde des affaires », va ajouter Ho...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category