CEDEAO : des signes de décrispation

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest a décidé samedi à Abuja au Nigeria de lever une partie des sanctions contre Niamey et exige la libération du président déchu, Mohamed Bazoum.


Le sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) tenu le 24 février dernier à Abuja au Nigeria s’est achevé sur une bonne nouvelle pour le Niger. Les dirigeants de l’organisation sous-régionale ont décidé de la levée avec effet immédiat, de certaines sanctions prises contre ce pays depuis le renversement, survenu le 27 juillet 2023 du président Mohamed Bazoum par des militaires. A en croire le président de la Commission de la CEDEAO, Omar Alieu Touray, les frontières et l’espace aérien sont concernés par ces mesures d’allègement. Les chefs d’Etat ouest-africains justifient cette levée partielle des sanctions par des raisons humanitaires et religieuses, notamment avec le Carême en cours et le Ramadan qui se profile à l’horizon.
Par cette décision, Niamey voit la fin du blocage des transactions financières et bancaires, du blocus énergétique et le retour des vols commerciaux dans son espace aérien. En retour, les dirigeants de l’organisation ouest-africaine ont demandé la libération de Mohamed Bazoum, président en exercice de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), et de son épouse toujours retenus par les militaires au pouvoir.
La CEDEAO a également adressé une invitation aux dirigeants du Burkina Faso, de la Gu...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category