Responsive image

PME: une nouvelle rampe de lancement

24 heures
Alliance NYOBIA | 18-04-2018 16:02

Les faits

Le Centre de développement des Pme, fruit du partenariat Gicam-Bit, ouvert hier à Douala.

Pas de grandes entreprises sans Pme, qui jouent des rôles incontournables de fournisseurs et de sous-traitants. Rappel fait à Douala hier, 17 avril, par le président du Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam). Célestin Tawamba s’exprimait ainsi à l’occasion du lancement du Centre de développement de la Pme (Cdpme), entité née du partenariat entre le mouvement patronal et le Bureau international du Travail (Bit). Autre rappel de l’orateur : l’essor des Pme est une condition à l’émergence du Cameroun, pays dont 90% des entreprises sont justement des Pme.

En d’autres termes, prendre soin des Petites et moyennes entreprises, des petites et moyennes industries, impactera positivement sur l’économie nationale. Renforcer les Pme locales est d’autant plus crucial qu’elles font face à divers problèmes, qui ont été rappelés hier au siège du Gicam, par divers intervenants : difficulté à mobiliser des fonds propres, accès limité aux banques, fiscalité et parafiscalité contraignante, accumulation de la dette, faiblesse des ressources humaines, concurrence déloyale, contrebande, etc.

Particulièrement stigmatisé, « le manque d’éthique de certains promoteurs » de Pme, enclins à jongler avec le fisc ainsi qu’avec leurs obligations patronales… Quoi qu’il en soit, le centre peut être perçu comme la borne d’un nouveau départ, et charrie beaucoup d’espoirs. Espoir de diversification et de compétitivité de l’économie nationale. Espoir de création d’emplois, et de gain de croissance. Au final, tout le monde a intérêt à mettre les Pme aux petits soins, à commencer par le Gicam, dont « près de la moitié des membres (…) sont des Pme », selon son président.

Le fait que le développement des Pme soit essentiel à la relance économique n’a pas échappé à l’Etat. « Je suis particulièrement heureux de voir qu’enfin, les centrales patronales commencent à appliquer ce que le gouvernement leur demande depuis quelque temps », a déclaré le ministre des Petites et moyennes Entreprises, de l’Economie sociale et de l’Artisanat, le Pr. Laurent Serge Etoundi Ngoa.

Le Minpmeesa, tout en saluant l’initiative, a souligné le rôle joué par le Bit dans la mise en route du Cdpme, et annoncé l’ouverture prochaine de centres (publics) de développement de Pme dans les régions.

Le lancement du Cdpme, il convient de le rappeler, intervient au lendemain du paiement de 32 milliards de F d’arriérés à ces acteurs économiques sur instructions du chef de l’Etat, et la promesse de l’amélioration de leur accès au credit bancaire.

Le Cdpme, outil d’accompagnement, va proposer des services correspondant aux besoins véritables de la Pme, portant sur la promotion de l’entrepreneuriat, le développement/ accompagnement de la Pme, le suivi et conseils à la diaspora économique et l’intelligence économique.

Il vise donc le renforcement de la compétitivité des Pme/Pmi, par le biais de la formation, du montage de business plan, de l’accompagnement, de l’aide à l’amélioration de la gouvernance d’entreprise, entre autres.

Autres objectifs, l’appui à la recherche de financement (préparation de plans d’affaires bancables, mise en relation avec les établissements financiers) et le développement d’opportunités d’affaires. Le Centre doit également assurer la veille informationnelle, faciliter des procédures administratives, etc.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter