Festival universitaire des arts et de la culture : la 7e édition lancée à Douala

Le Pr Jacques Fame Ndongo a lancé les activités de ce rendez-vous culturel hier à Douala en présence du Minac, Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt.

Au total, 1034 personnes, dont des membres des délégations officielles, le comité d’organisation, les athlètes venus des 8 universités d’Etat et de trois instituts universitaires privés, prennent part à la 7e édition du Festival universitaire des arts et de la culture (Unifac). Festival ouvert hier, 11 novembre, à l’université de Douala par le ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement supérieur, chancelier des Ordres académiques, le Pr Jacques Fame Ndongo. Ce 7e rendez-vous de l’Unifac se tient sous le thème « La culture au service du vivre ensemble et de l’intégration nationale ». Il fera l’objet d’un débat lors du colloque prévu ce jour.
Un thème qui s’inscrit en droite ligne des objectifs de l’Unifac, à savoir entre autre « stimuler l’émulation des talents pour assurer la pérennité culturelle, promouvoir le pluralisme culturel du Cameroun », a rappelé le recteur de l’université de Douala, Pr Magloire Ondoa dans son mot de bienvenue. Des talents qui vont également mettre en vitrine le « Douala’s way of life », a-t-il affirmé. L’intervention du ministre des Arts et de la culture s’est inscrite dans la même veine. Lui qui a souligné que l’Unifac exalte l’originalité de la richesse de notre diversité culturelle, réaffirme la vitalité de la créativité artistique et culturelle à l’université de Douala comme dans toutes les autres universités. 
L’Unifac va se dérouler autour de quatre axes majeurs. Il s’agit du colloque, des ateliers de renforcement des capacités artistiques et culturelles, des concours dans les disciplines artistiques et littéraires et l’animation culturelle hors concours. Restituant l’importance de cet évènement culturel, le chancelier des Ordres académiques s’est inspiré  de l’ouvrage « Pour le Libéralisme communautaire » du président de la République, qui relève à la page 109 que : « Le Cameroun dans sa situation géographique est un carrefour, le lieu de rencontre des principaux courants culturels d’Afrique. Conscient de ce que nous sommes une Afrique en miniature sur le triple plan géographique, historique et culturel il me semble judicieux en matière de politique culturelle de passer progressivement des cultures ethniques à une culture nationale ».
Quelques innovations ont été apportées à cette édition de l’Unifac. Notamment l’entrée en lice de deux nouveaux instituts universitaires privés. Le défilé des délégations a mis un terme à cette cérémonie d’ouverture.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category