Un signal encourageant

 Paul EBOA
La signature d’un cessez-le-feu par deux groupes de milices de la province de l’Ituri mérite d’être saluée. De nombreux observateurs se souviennent qu’au début du mois de juillet dernier, des anciens seigneurs de la guerre avaient été dépêchés auprès des miliciens par le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, pour négocier un cessez-le-feu. La moisson obtenue par les émissaires du chef de l’Etat congolais est encourageante. Puisque les miliciens, ayant déposé les armes, ont accepté de ne plus s’attaquer aux forces de l’ordre et de sécurité ainsi que de faciliter la circulation des convois humanitaires. Les Congolais se rappellent également qu’au mois de février 2020, la Force de résistance patriotique de l’Ituri, le grand groupe armé qui opérait dans cette province, a signé un accord de paix avec le gouvernement. C’est le lieu de magnifier cette initiative.
Malheureusement, d’autres groupes armés continuent de semer la terreur dans la province de l’Ituri. Qu’elles soient nationales ou étrangères, ces bandes perturbent le sort des populations de l’Ituri et compromettent son épanouissement. Non seulement le gouvernement congolais multiplie des patrouilles dans la province de l’Ituri, mais aussi la Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation de la République démocratique du Congo (Monusco) s’implique fortement dans l’action militaire. Elle sécurise notamment les axes routie...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category