Une initiative louable

L’organisation d’élections en Somalie, dans soixante jours, mérite d’être saluée. D’autant qu’elle résulte de la signature de l’accord de jeudi dernier, entre le Premier ministre, Mohamed Hussein Roble, et les chefs des cinq régions semi-autonomes du pays. La prolongation du mandat du président somalien, Mohamed Farmajo, ayant expiré le 8 févier dernier, et les divergences entre les partis politiques avaient retardé les élections, plongeant ainsi la Somalie dans une crise politique. Laquelle avait dégénéré en violents affrontements dans la capitale Mogadiscio.
Face à la dégradation du climat politique, le président somalien a finalement renoncé à la prolongation de son mandat et confié le processus électoral au Premier ministre. Celui-ci a alors dirigé des négociations qui ont débouché sur l’accord signé le 27mai dernier.
Les électeurs somaliens savent que le prochain scrutin va se dérouler selon un système électoral indirect où des délégués spéciaux désignés par les clans votent pour choisir les parlementaires. Il revient, par la suite, aux parlementaires d’élire le président de la République. L’accord de jeudi dernier intègre un quota de 30 % de femmes parlementaires.
Quel que soit le prochain président de République qui émergera des urnes, le défi majeur de la Somalie demeure constant, faire échec à l’insurrection shebab pour redéployer les services étatiques sur l’ensemble du territoire national. Les shebab ignorent le gouvernement de Mogadisc...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category