Fond Covid-19 : silence, on enquête

Le paradoxe est-il devenu le logiciel le mieux partagé au Cameroun ? Mieux, sommes-nous tous subitement frappés d’amnésie ? Les éructations fantasmées qui se déversent sur ce que la presse a baptisé « Covidgate » ont quelque peu érodé la lucidité de certains compatriotes. On croyait pourtant que la sortie, il y a quelques jours, du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, allait ramener certains « justiciers » et « procureurs de la République autoproclamés » à plus de retenue. Que non !
Remontons aux faits. Le Cameroun, comme tous les pays du monde, a été frappé de plein fouet par la pandémie du coronavirus. Après la mise en place d’une stratégie de riposte gouvernementale face à cette pandémie, sous la coordination du Premier ministre, chef du gouvernement, le président de la République, Paul Biya, décide fin mars 2020 de la création d’un « Fonds spécial de solidarité nationale » doté d’une enveloppe initiale d’un milliard de F devant servir au financement des opérations de lutte contre la pandémie.  A la suite du Collectif budgétaire intervenu en juin 2020 pour arrimer la loi de finances de l’exercice 2020 à la conjoncture imposée par le covid-19, l’initiative présidentielle a été officiellement inscrite au budget de l’exercice budgétaire 2020 sous la rubrique : « Dotation du Fonds Spécial de Solidarité nationale pour la lutte contre le coronavirus et ses répercussions économiques et sociales ». Ce fonds est alimenté aussi bien par des ressources internes qu’externes d’un montant global de 180 milliards de F. Le 22 juillet 2020, le Premier ministre, chef du gouvernement procède par décret à la répartition de cette dotation entre toutes les administrations impliquées dans la lutte contre la pandémie. L’article 5 de ce décret prévoit que les chefs de départements ministériels concernés, bénéficiaires desdites dotations et responsables de leur gestion et le ministre des Finances doivent produire des rapports trimestriels et semestriels respectivement.  Quant à la Chambre des comptes de la Cour suprême, elle devait « assurer un audit indépendant sur l’utilisation des ressources du Fonds dont les résultats sont présentés au Parlement ».
Mais à peine le rapport d’étape de la Chambre des comptes produit et dont des copies ont curieusement fuité dans les réseaux sociaux, voilà qu’un emballement médiatique s’est emparé du landernau médiatique et politique national. Gardons un minimum de cohérence et de jugeote. Auditer la gestion des ressources affectées à la lutte contre le Covid-19 ne relève-t-il pas tout simplement de la reddition des comptes que nous réclamons de tous nos vœux ? Que le gouvernement ait exigé ce principe qu’impose la gouvernance moderne devrait-il encore donner lieu à une jactance sans précédent ? Que la plus haute autorité de l’Etat ait instruit une enquête judiciaire devait rassurer plutôt c...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category